Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Avec Copernic, les poteaux d’incendie font leur révolution

Indispensables pour lutter contre les incendies, les équipements fabriqués par le constructeur Bayard peuvent être équipés d’une solution électronique qui transfère les données relatives à leur fonctionnement via le réseau radio de Sigfox. De quoi faciliter leur surveillance.

Filiale du groupe Talis, leader dans la fabrication de vannes, bouches et poteaux d’incendie, Bayard apporte de la valeur ajoutée à son offre. Depuis peu, cette entreprise centenaire propose aux collectivités et autres gestionnaires de parc de poteaux incendie d’ajouter à leurs équipements existants une solution de surveillance électronique.

L’enjeu étant de suivre en temps réel l’état de leur parc ou plus précisément des dispositifs installés après 1970. La solution nommée « Copernic » comporte un module électronique composé d’un capteur de détection d’ouverture de poteau, d’une pile lithium, d’une carte électronique ainsi qu’une antenne radio qui envoie les données vers un portail dédié. Comme l’ouverture et la fermeture sont horodatées, le gestionnaire dispose des informations nécessaires pour tracer les interventions, détecter des fraudes ou encore être averti en temps réel lorsqu’un poteau est renversé.

« Les données de Copernic sont transmises via le réseau radio de Sigfox vers une application hébergée par nos soins et consultable par les opérateurs de parcs d’équipements d’incendie sur PC, smartphone ou tablette, nous décrit Geoffrey Tarret », chef de produit chez Bayard. « Le développement de Copernic nous a demandé près de trois ans avec nos sous-traitants et des brevets sont en cours de dépôt », précise le chef produit. Disponible depuis février dernier, Copernic est vendu 295 euros auxquels s’ajoute un abonnement de 19 euros par an.

Cette solution intéressera d’autant plus les collectivités et les autres gestionnaires de réseaux d’eau qu’elle va les aider à optimiser le rendement de leurs installations en détectant des fuites, comme les y oblige déjà la loi Grenelle 2.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion