Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Assistance à domicile | « Il reste beaucoup à faire sur le marché français »

Giovanni Ungaro est chef de projet assistance à l’autonomie chez Legrand. Suite à l’acquisition d’Intervox Systèmes par Legrand, il a bien voulu répondre aux questions d’Info.expoprotection.com. L’occasion de revenir sur les raisons de cette opération et d’évoquer le marché français de l’assistance à domicile.

Info.expoprotection.com – Legrand vient de racheter Intervox Systèmes. Pouvez-vous nous rappeler dans quel contexte s’inscrit cette acquisition ?

Giovanni Ungaro – « Depuis deux ans, Legrand propose sur le marché de l’assistance à l’autonomie des offres autonomie reposant sur des solutions de domotique comme notre interrupteur automatique lumineux de balisage qui, dans l’obscurité, balise un obstacle, par exemple l’accès de l’escalier qui descend au sous-sol. Par ailleurs, le « chemin lumineux » conçu par Legrand permet de réduire jusqu’à 30 % le nombre de chutes dans les logements équipés. Comme ce sera le cas dans la Creuse où nous allons en installer dans 2200 logements ,d’ici 2012. Nos solutions d’assistance à l’autonomie sont également capables de déclencher des actions automatiques, qui permettent de sécuriser le logement en cas d’accident. Prenons, pour exemple, le cas d’un détecteur de fumée. Une fois la détection faite, il est capable d’alerter, d’allumer une lampe, puis le chemin lumineux et d’ouvrir les volets roulants. Legrand dispose donc de solutions entièrement dédiées à l’assistance à l’autonomie au domicile mais il nous manquait la technologie permettant de faire sortir l’alerte du domicile pour la transmettre à une personne distante, un proche ou un opérateur. C’est à ce besoin que répond l’acquisition d’Intervox Systèmes. Ajoutons à cela que le contexte politique nous est favorable puisqu’il existe aujourd’hui, dans notre pays, une véritable volonté politique, pour des raisons sociétales et économiques, de maintenir à domicile le plus longtemps possible des personnes âgées. »

Info.expoprotection.com – Concrètement, expliquez-nous comment vont fonctionner les deux sociétés ?

Giovanni Ungaro – « Cela va être assez simple. Legrand continuera à gérer tout ce qui se passe à l’intérieur du logement, en termes de domotique. Les solutions d’Intervox, quant à elles, nous permettront d’assurer la transmission des alarmes vers un proche de la personne en difficulté ou vers un téléassisteur. Il nous est apparu plus simple, plus rapide et moins couteux d’acquérir cette brique via une opération de croissance externe plutôt que de développer nous-mêmes ce type de solution. »

Info.expoprotection.com – Comment se situe le marché français de l’assistance à domicile par rapport aux autres pays européens ?

Giovanni Ungaro – « C’est un marché où il reste beaucoup à faire. On estime qu’en France 400 000 personnes sont équipées avec ce type de solution. Intervox étant le numéro un. Le taux de pénétration auprès des personnes âgées de plus de 65 ans est d’environ 4 %. Pour comparer, en Angleterre, 1,6 million de personnes est équipé et plus d’un million en Espagne. Nous sommes donc sur un marché où le taux de progression est important. »

Info.expoprotection.com – Comment expliquez-vous ce retard français par rapport aux autres pays européens ?

Giovanni Ungaro – « A mon sens, cela s’explique par la politique des Etats eux-mêmes. Politique qui favorise ou non le financement, et donc la diffusion, de ce genre de solution. En Espagne, il existe une sorte d’impôt qui permet de financer l’équipement des personnes âgées. En Angleterre, ce sont les collectivités locales qui versent une subvention. En France, nous sommes toujours dans l’expectative. Le grand projet national sur la dépendance et ses 10 milliards d’euros de financement peuvent changer la donne. Legrand a voulu prendre les devants et être prêt en acquérant dès aujourd’hui les technologies et le savoir-faire nécessaires. »

Info.expoprotection.com – Justement, sur un marché où beaucoup reste à faire, comment allez-vous opérer pour encourager les prescripteurs – assureurs, mutuelles, etc. – à proposer ces outils à leurs clients ?

Giovanni Ungaro – « Il va nous falloir être pédagogue et démontrer de manière très factuelle l’efficacité de nos solutions. Cela suppose un travail de vulgarisation, de décomplexification des solutions. A nous de prouver que nos solutions sont efficaces mais qu’elles ne sont pas là pour remplacer l’humain. Nous devons faire comprendre à tous les acteurs qu’elles leur procureront de réels bénéfices, tant du point de vue social qu’économique. Nous allons donc travailler avec les collectivités locales, les assureurs, les mutuelles et construire avec eux de nouveaux modèles économiques assurant le financement de ces solutions. »

Commentez

Participez à la discussion