Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Améliorer les conditions de travail des coffreurs-bancheurs

EGF-BTP et l’OPPBTP s’associent dans le cadre d’une étude portant sur le poste, les compétences, le matériel et l’organisation du travail chez les coffreurs-bancheurs. Objectif : améliorer les conditions de travail au sein de cette profession.

Maniant comme personne le fil à plomb, le mètre, le marteau de coffreur et la tenaille coupe fer, les coffreurs-bancheurs (ceux qui coulent le béton à l’intérieur des coffrages, les banches) sont les plus représentés au sein d’EGF-BTP, le Syndicat national des entreprises générales françaises de bâtiment et de travaux publics. Selon cette organisation, les coffreurs bancheurs sont « relativement » affectés par les troubles musculosquelettiques (TMS), confrontés à des rythmes de travail « dépendants de l’organisation des tâches ». D’autant qu’ils utilisent des matériels contraignants. Peu précise à ce jour, la situation du métier doit donc être établie. Dans cette optique, l’EGF-BTP vient de lancer une étude portant sur les conditions de travail des coffreurs bancheurs.

Le projet sera mené avec le soutien des services de santé au travail (SIST- BTP) et en partenariat avec l’Organisme de prévention de la branche du BTP (OPPBTP). Ce dernier, en charge de la réalisation pratique de cette étude, utilisera sa Méthode d’analyse et d’étude des conditions de travail (MAECT), un outil élaboré en interne qui propose des standards d’analyse des conditions de travail dans le bâtiment et les travaux publics. « EGF.BTP avait apprécié la pertinence de l’étude que l’OPPBTP avait précédemment réalisée sur les conditions de travail des compagnons étancheurs », souligne Fabrice Thierry, délégué national à la prévention Santé et Sécurité chez EGF.BTP. « EGF.BTP s’est donc naturellement rapproché de l OPPBTP, qui est l’organisme de référence pour la prévention dans le BTP. »

À la clé, un état des lieux quantitatif et qualitatif des différentes expositions au risque rencontrées sur le terrain, à partir de situation de travail réelle. L’étude portera spécifiquement sur le poste, les compétences associées, le matériel utilisé ainsi que sur l’organisation du travail. L’EGF-BTP veut ensuite se baser sur les résultats obtenus pour améliorer les conditions de travail au sein de la profession. Tout en suscitant la participation des entrepreneurs et des parties prenantes dans la recherche de solutions et de pistes d’amélioration pour la profession.

Concrètement, l’étude implique quatre entreprises volontaires, toutes membres de la Commission prévention Santé-Sécurité d’EGF.BTP. À savoir, Léon Grosse IDF, Rabot Dutilleul Nord, Eiffage Construction Franche-Comté et Vinci Construction France Aquitaine. À chaque fois, des équipes de deux salariés seront constituées puis observées pendant 2 jours entre avril et juillet 2015, sur un chantier de construction de logements sur lequel les coffreurs bancheurs devront réaliser des voiles (parois verticales en béton armé). Les conclusions de l’étude seront transmises à EGF.BTP en décembre 2015 et les pistes d’actions seront définies au premier semestre 2016.

Guillaume Pierre

Commentez

Participez à la discussion