Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Un robot patrouilleur venu de Tunisie

Hébergée par le pôle de compétitivité tunisien Novation City, la startup Enova Robotics part à la conquête du marché français avec P-Guard Patrol X, son robot autonome de sécurité.

Première start-up en Afrique et dans le monde arabe à concevoir et produire ses propres robots, Enova Robotics lance P-Guard Patrol X, son nouveau robot de sécurité. Hébergée par l’incubateur de Novation City, pôle de compétitivité spécialisé dans la mécanique, l’électronique et l’informatique basé à Sousse, en Tunisie, la start-up combine robotique mobile et intelligence artificielle. Présente à Vivatech 2019 en mai dernier, où elle a reçu la visite d’Emmanuel Macron, Enova Robotics cherche à conquérir le marché français avec son robot patrouilleur.

Cinq caméras
De fait, P-Guard s’affirme avant tout comme un robot robuste pour applications multi-terrains. A cet égard, sa plateforme mécanique, d’une capacité de 20 kg, peut franchir des obstacles dont l’angle d’inclinaison atteint 25°. Doté d’une autonomie de 8 heures, le robot se déplace à une vitesse allant jusqu’à 8 km/h. Le patrouilleur embarque un GPS pour la localisation dans son environnement ainsi qu’un système de télémétrie laser pour détecter et éviter automatiquement les obstacles. A cela s’ajoutent quatre caméras Full HD infrarouges et une caméra thermique à 360°.

Une fonction d’intercom

Résultat, les patrouilles de surveillance s’effectuent 24 h/24, 7 jours/7 de façon entièrement autonome. Si le besoin s’en fait sentir, l’itinéraire du robot peut être modifié à distance par un agent de sécurité. Bien sûr, P-Guard détecte automatiquement les intrusions et les comportements malveillants, en particulier les personnes présentes en dehors des heures d’ouverture ou dans les zones réglementées, voire à accès restreint. Dans ce cas, le robot déclenche ses alarmes sonores (disposant de messages pré-enregistrés) et lumineuses, puis notifie le centre de contrôle-commande. Une fonction bidirectionnelle d’intercom permet alors à l’agent de sécurité d’interagir avec l’intrus.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous