Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Seine-Saint-Denis Habitat forme ses locataires à réagir en cas d’incendie

Suite à la série d’incendies mortels qui ont embrasé le département francilien, le bailleur social a débuté une campagne à bord d’un camion baptisé cofimobile, pour sensibiliser ses locataires aux bons réflexes et aux consignes de sécurité lorsqu'un feu démarre.

Environ 300 000 incendies se déclarent chaque année en France. Ils ont causé la mort de 225 personnes en 2018, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Seine-Saint-Denis Habitat n’a pas été épargné, plusieurs incendies dramatiques ayant été à déplorer en quelques mois dans ses logements. Ce qui a poussé le bailleur social à réfléchir sur la conduite à adopter en cas de départ de feu. Dans ce cadre, il a initié début mars une campagne de sensibilisation et de sécurité incendie auprès de ses locataires.

Une formation de 45 minutes
De début mars à mai, les équipes devront sensibiliser un maximum de locataires vivant dans les quelque 32 000 logements que regroupe l’Office sur une vingtaine de sites de ce département, qui compte parmi les plus pauvres de France. Circulant à bord d’un camion baptisé cofimobile, les formateurs itinérants ont pour mission d’aller à la rencontre des habitants aux pieds des tours HLM pour leur inculquer les bons réflexes. Ils dispensent ainsi des ateliers théoriques et pratiques de 45 minutes pour des groupes de six à huit locataires, directement à bord du cofimobile.

Attention aux bougies !
Multiprises branchées sur d’autres multiprises, guirlandes de Noël électriques allumées toute la nuit, mégot de cigarette jeté par la fenêtre, bougie qui se renverse, gazinière mal éteinte… En préambule, les formateurs évoquent les différentes causes domestiques d’un départ de feu, qu’il faut absolument éviter. Il rappellent ensuite les principes élémentaires du feu. Pour ce faire, les instructeurs disposent d’une vidéo montrant la propagation d’un feu via les balcons d’une tour d’habitations à Roubaix (Hauts-de-France) en 2012. Ces images tristement évocatrices permettent aux habitants de comprendre à quel point il est déterminant de suivre les consignes des pompiers, pour rester en vie. Parmi les bons réflexes les plus cruciaux, il faut rester dans son appartement en attendant les secours et ne surtout pas prendre l’ascenseur ! Il est également primordial de fermer la porte de l’habitat source, pour éviter la propagation de l’incendie. Sachant que les portes coupe-feu ont une capacité de résistance de 30 minutes !

Un exercice d’évacuation
Sont ensuite passés en revue les moyens d’éteindre un début d’incendie lorsque cela est encore possible. Par exemple, si la friteuse prend feu, mieux vaut ne pas y jeter de l’eau au risque de voir les flammes décupler. Au contraire, les formateurs recommandent de simplement poser un linge humide. Une fois ces consignes bien assimilées, les éducateurs simulent un exercice d’évacuation pour parachever la formation. Les participants doivent déguerpir du camion sous les fumées.

Contrôler les DAAF dans tous les logements
Pour aller plus loin, le directeur général de Seine-Saint-Denis Habitat, Patrice Roques, à qui l’on avait reproché sa gestion de l’incendie à Bobigny, veut redorer son blason. Il s’est ainsi engagé à distribuer à tous les locataires un guide de sensibilisation et à engager une campagne de contrôle des détecteurs de fumées (DAAF). En outre, l’Office se charge de changer les détecteurs à ses frais en cas de dysfonctionnement.

Trois incendies meurtriers en moins d’un an
Sous le feu des critiques, le département de la Seine-Saint-Denis a été le théâtre de plusieurs incendies meurtriers depuis quelques mois : en juillet 2018, un immeuble HLM de 17 étages situé à Aubervilliers s’est embrasé, coûtant la vie à une mère de 33 ans enceinte et à ses trois enfants. A l’origine, c’est un enfant de dix ans qui a provoqué l’incendie en jouant avec un briquet et un torchon. Fin décembre, c’est au tour d’un des HLM de la cité Paul-Eluard à Bobigny de prendre feu, causant la mort par asphyxie de deux femmes et deux fillettes. Selon l’enquête, les victimes avaient voulu fuir l’incendie en prenant l’ascenseur où elles s’étaient alors retrouvées bloquées. Enfin, un homme de 50 ans a succombé à un incendie à Dugny.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous