Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Réglementations, normes, certifications, qualifications, labels : passeports vers le marché

Rendre la sécurité visible sur les produits, créer la confiance chez les partenaires, s’assurer que les produits de sécurité résistent aux cyberattaques... la notoriété des produits réclame de construire une forte reconnaissance par des organismes à la légitimité indiscutable.

A l’instar du Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) qui s’est appliqué depuis le 25 mai 20108 dans tous les États-membres de l’UE, les normes réglementaires sont imposées par les autorités administratives de haut niveau. Mais à côté de ces règlements ou normes réglementaires, les normes volontaires, les marques et les certifications prolifèrent. Avantage : elles créent la confiance. En témoigne Rémi Bréval, directeur produit chez Genetec, l’éditeur canadien de la plateforme unifiée de sécurité Security Center lors du salon Expoprotection 2018 : « La certification, en l’occurrence la Certification de Sécurité de Premier Niveau (CSPN) du niveau IV, la plus élevée que délivre l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), qui porte sur notre automate Security Center Synergis Cloud Link, prouve qu’il répond aux standards de cybersécurité et de sécurité physique parmi les plus élevés en Europe. »

Normes volontaires

Les normes volontaires sont issues des instituts de normalisation. Comme Afnor en France, Bristish Standard Institute (BSI) au Royaume-Uni, Deutsches Institut für Normung e.V. en Allemagne, Asociación Española de Normalización y Certificación (espagne), Ente Nazionale Italiano di Unificazione ou, au niveau européen, Comité européen de normalisation (CEN), Comité européen de normalisation électrotechnique (Cenelec), European Telecommunications Standards Institute (ETSI) ou encore le European Computer Manufacturers Association (ECMA). Ces instituts ont tous en commun d’encadrer les normes volontaires qui ont pour objectif d’établir un cadre de référence avec des prescriptions techniques ou qualitatives concernant des produits, services ou pratiques. Elles sont déterminées par les fabricants, les installateurs et les utilisateurs. Tout le monde peut proposer un projet de norme, toutes les parties concernées par le projet sont alors entendues avant de passer à l’homologation de la norme c’est-à-dire sa validation.

Certificat de sécurité de premier niveau (CSPN) est délivrée par l'ANSSI. © ANSSI
Certificat de sécurité de premier niveau (CSPN) est délivrée par l’ANSSI. © ANSSI

Labels : des marques plus ou moins sérieuses

Les labels (ou marques) sont définis par des signes distinctifs : un nom, un logo et un cahier des charges à respecter. Attention, les labels peuvent être attribués par des organismes privés et publics, certains sont donc plus fiables que d’autres. Préférez les labels délivrés par des organismes reconnus avec vérification par un tiers. Citons la marque A2P qui porte sur la résistance des serrures, des portes et blocs-portes de bâtiment à l’effraction et aux cambriolages. Ce label de qualité est délivré par le Centre national de prévention et de protection (CNPP Cert.), l’organisme de certification officiel reconnu par les professionnels de l’assurance.

Certifications : un processus parfois très complexe
En revanche, la certification est une démarche visant à faire reconnaître la qualité et la conformité des produits et des services. Délivrée par un organisme certificateur indépendant, la procédure comprend un audit et une phase de tests. Elle permet d’être plus visible étant fiable (audit, test et contrôle périodique) et signalée par un logo. C’est un véritable gage de qualité. Mais ce processus peut être plus complexe. C’est le cas de la certification A2P qui est effectuée par un comité d’attribution qui réunit des syndicats de fabricants et de distributeurs comme l’Union nationale des industries de la quincaillerie (UNIQ), l’organisation professionnelle représentatives des concepteurs, fabricants et installateurs de menuiseries aluminium (SNFA) ou le Syndicat national des fabricants de menuiseries industrielles (SNFMI). Ainsi que des représentants des organismes de consommateurs désignés par le Conseil national de la consommation (CNC) : l’Assemblée plénière des sociétés d’assurances dommages dont la marque APSAD (sécurité incendie) est délivrée par CNPP Cert.), la Fédération des chambres pharmaceutiques de France (FCPF), la Fédération des chambres syndicales des horlogers-bijoutiers (FCSHB). En outre, on y retrouve également des représentants de l’Association financière des banques (AFB) et des organismes à forte compétence : Afnor, le Centre d’expertise du bâtiment et des travaux publics (CEBTP), le CNPP, la Fédération des industries mécaniques et transformatrices de métaux (FIMTM), l’Institut national de la consommation (INC). Ainsi que des représentants des pouvoirs publics : la direction des assurances du ministère de l’Économie et des Finances, ministère de l’Intérieur, ministère de la Recherche… Ce comité délivre la marque A2P suivant les procès-verbaux et les rapports du CNPP.

La marque A2P bénéficie d’une certification délivrée par un comité.© CNPP
La marque A2P bénéficie d’une certification délivrée par un comité.© CNPP

Certificat de sécurité de premier niveau (CSPN)

Cependant, les choses se sont complexifiées avec la sécurité électronique, cible des cyberattaques. Outre les caméras de vidéosurveillance, qui ont été le point d’entrée de rançongiciels comme Wannacry, Petya, NoPetya ou Industroyer, les systèmes sans fil de contrôle d’accès ont également révélé leur besoin de sécurisation. « Avant 2012, plusieurs failles de sécurité affectant les technologies sans contact sont avérées, explique Nicolas Roussel, directeur marketing de STid, un des leaders du contrôle d’accès. Un groupe de travail interministériel, animé par l’ANSSI, a évalué que les conséquences de ces failles étaient particulièrement préoccupantes lorsque les technologies sans contact étaient utilisées dans les systèmes de contrôle des accès physiques. » Figurant parmi les participants à ce groupe, STid a été le premier constructeur à recevoir, dès 2013, la fameuse Certification de sécurité de premier niveau (CSPN) de l’ANSSI. Bien sûr, la CSPN démontre la fiabilité du système non seulement auprès des clients mais aussi des partenaires qui intègrent cette technologie au sein de leurs solutions.

Ce lecteur et son protocole de communication ont été les premiers à recevoir la certification CSPN de l'ANSSI. © STid
Ce lecteur et son protocole de communication ont été les premiers à recevoir la certification CSPN de l’ANSSI. © STid

Des partenaires mis en confiance

Synergis Cloud Link, certifié CSPN, sur une architecture ouverte de PC industriel relié à sa plateforme unifiée Security Center. Cette protection va de la carte d’accès jusqu’au logiciel de supervision. Lorsque Synergis Cloud Link est installé avec son module d’extension, il prend en charge trois emplacements de carte SAM (Secure Access Module). Lesquelles fiabilisent le stockage des « secrets cryptographiques » d’une entreprise et protègent les clés nécessaires pour déchiffrer les informations d’identification Mifare Desfire EV1/2, notamment ceux de StiD et de HID Global. « Les lecteurs deviennent ainsi « transparents » car ils ne contiennent plus les clés qui permettant déchiffrer les informations d’identification. De cette façon, on évite le risque de cyberattaque par écoute des données sur la ligne », reprend Rémi Bréval. Précisons que Synergis Cloud Link supporte des équipements de chez Assa Abloy, Axis Communications, DDS, Sato et SimonsVoss.

Le Synergis Cloud Link embarque 3 emplacement de cartes SAM pour assurer la sécurisation des données. © Agence TCA
Le Synergis Cloud Link embarque 3 emplacement de cartes SAM pour assurer la sécurisation des données. © Agence TCA

Ne pas se décharger sur les installateurs

« Beaucoup d’acteurs transfèrent la responsabilité sur l’installateur. Or celle-ci est avant tout chez le fabricant qui doit fournir un produit « Secure by Design », souligne Patrice Ferrant, responsable commercial chez l’allemand Mobotix qui a aussi obtenu la Certification de sécurité de premier niveau (CSPN) auprès de l’ANSSI pour ses caméras de vidéosurveillance en vue de la protection des données personnelles. Le noyau Linux de la caméra est conçu pour qu’il soit impossible de rajouter des lignes de commande. Par ailleurs, il faut un certificat électronique pour les mises à jour. Ce qui évite de transformer la caméra en botnet. » Comme ce fut justement le cas avec Wannacry, Petya, NoPetya ou Industroyer. Par ailleurs, l’adresse IP de la caméra n’est pas vue par les moteurs d’indexation. Enfin, la caméra dispose du client de réseau privé virtuel OpenVPN qui crypte les données transmises sur le réseau. Ce qui est assez original, pour l’heure, dans les objets connectés (IoT). Une chose est sûre : avec la sophistication des technologies et des systèmes, le besoin de normes volontaires, de certification et de labels sera de plus en plus important sur le marché européen.

Mobotix a aussi obtenu la certification CSPN.© Agence TCA
Mobotix a aussi obtenu la certification CSPN.© Agence TCA

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous