Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Le marché de la sécurité privée en croissance de 3% par an d’ici 2022

Une étude publiée par le cabinet Xerfi-Precepta montre une légère diminution de la croissance annuelle du marché. Un phénomène causé, entre autres, par la pression qu'exercent certains clients de plus en plus exigeants sur les prix.

La sécurité des biens et des personnes devrait voir sa progression diminuer légèrement d’ici 2022, passant d’une croissance de 3,2% en moyenne entre 2010 et 2017 à 3% par an en moyenne. Et ce pour un chiffre d’affaires proche de 3,8 milliards d’euros. C’est du moins ce que prévoit l’étude publiée en début de mois par le cabinet d’études Xerfi-Precepta. La progression devrait notamment profiter au secteur de la télésurveillance, qui bénéficie de la demande des particuliers et des petits professionnels encore sous-équipés.

Tension sur les marges
Les marges des entreprises de la sécurité privée seront encore sous tension, du fait de la concurrence entre les acteurs, les hausses de salaires, l’arrivée de nouvelles obligations réglementaires et la transformation du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) en allègement de charges. Cette disposition devrait coûter 20 millions d’euros aux acteurs du marché, dont les leaders ne sont autres que Fiducial, Goron, ICTS, Prosegur, Securitas et Seris. Le cabinet d’études pointe également du doigt la pression tarifaire exercée par les clients, notamment sur la surveillance humaine. Résultat, le taux d’excédent brut d’exploitation ne représente que 4,5% du chiffre d’affaires en moyenne sur la période 2013-2018. Pire, près d’un quart des entreprises ne parviennent pas à l’équilibre et le taux de défaillance reste particulièrement élevé à l’échelle du secteur puisqu’il oscillait entre 8 et 12% au cours de la dernière décennie. Le rapport Thourot-Fauvergue plaide d’ailleurs pour davantage de régulation afin d’assainir le secteur.

Des prestations dont la qualité laisse à désirer
Le secteur de la sécurité privée est montré du doigt pour la fiabilité et la qualité de ses prestations, en particulier celles relatives au gardiennage. Les critiques fusent de toute part, à commencer par la Cour des comptes. L’institution remarque que la qualité des prestations varie en fonction des segments d’activité. Parmi les bons élèves figure la sûreté aérienne et aéroportuaire. De grands opérateurs, comme Seris et Samsic, sont d’ailleurs venus structurer ce marché. Egalement loué pour la qualité de ses prestations, le secteur des transports de fonds s’oriente vers un duopole. Loomis a annoncé le rachat du numéro trois, Prosegur Cash France (PCF), en avril 2019 tandis que Brink’s a racheté le numéro quatre, Temis, en 2017. Les deux géants totaliseront de fait plus de 95% de parts de marché en France.

Consolidation dans la sécurité privée
Sur le marché de la sécurité privée, une phase de consolidation s’est aussi amorcée en 2018 avec le rachat d’US Security Associates par Allied Universal et, dans la gestion des risques, le passage de Kroll dans le giron de Duff&Phelps. Selon Nicolas Le Corre, l’auteur de l’étude du cabinet Xerfi, ces opérations s’inscrivent dans un contexte de mutation du secteur marqué par une logique de continuité entre la surveillance humaine et le conseil en sûreté, couplé à une convergence entre sécurité physique et cybersécurité.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous