Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Cybersécurité

Keeex édite un réseau social hautement sécurisé pour les professionnels

Le français Keeex fournit un logiciel de messagerie et de collaboration en temps réel et hautement sécurisé. Il intègre, entre autres, le chiffrement des conversations, messages ou document dans lesquels sont embarquées la signature électronique de l'auteur et la preuve d'intégrité. En outre, ces fichiers peuvent être horodatés grâce à la Blockchain qui atteste ainsi de leur existence.

Le vol d’informations sensibles stockées sur des serveurs ou échangées par mail, voire par messagerie instantanée est la hantise des responsables de la sécurité informatique. Pour les aider à limiter ce risque, l’éditeur français Keeex propose plusieurs solutions de partage de gestion de documents hautement sécurisées. Parmi lesquelles, « Keeex ChatOps », un logiciel de messagerie et de collaboration en temps réel intégrant des fonctions de chiffrement et d’authentification. « Notre solution sécurise aussi bien les documents, conversations instantanées, ou emails que tout autre fichier créé avec n’importe quel logiciel du marché », fait valoir Laurent Henocque, président fondateur de l’entreprise.

Les fichiers peuvent être intégrés dans la Blockchain

Stockés sur disques durs, Clouds privés, ou sur des clés USB chiffrées par Keeex, les fichiers sont transmis à leurs destinataires dans des conteneurs logiques sécurisés. Ce qui évite de passer par des tiers de confiance. Surtout, le document envoyé intègre la signature numérique de l’auteur et la preuve d’intégrité. « La personne qui reçoit par exemple un contrat ainsi traité peut authentifier l’auteur, vérifier si elle dispose bien de la version la plus récente et identifier les modifications apportées », explique le dirigeant. Autre point fort, les fichiers  »Keeexés » sont identifiés par un nom unique et prononçable, ce qui facilite leur recherche. Ils peuvent aussi être intégrés dans la Blockchain de manière à renforcer leur preuve d’existence et d’horodatage, sans avoir besoin de recourir à un tiers de confiance. Par ailleurs, ces documents sont indexables par n’importe quel logiciel et localisables partout, sur des disques durs internes, des Clouds ou dans des systèmes de gestion électronique de documents. Mieux encore, on peut les connecter à des documents plus anciens, des mots clés, des versions, et des recherches sémantiques.

Le rival français du Facebook pour les professionnels

Diplômé de l’Ecole Polytechnique, docteur en informatique et intelligence artificielle et chercheur au CNRS/LSIS, Laurent Henocque a eu l’idée de ce logiciel il y a environ six ans. Le projet a abouti en 2013 avec le dépôt de deux brevets détenus par l’Université d’Aix Marseille et le CNRS et pour lesquelles il dispose d’une licence d’exploitation. « La mise en ligne de notre solution de messagerie collaborative a été effectuée fin 2015 », signale le dirigeant qui veut l’imposer comme le nouveau Slack français ou le rival du nouveau Facebook at Work. « Notre logiciel intéresse notamment les professions réglementées telles que les avocats, comptables, notaires mais aussi les entreprises du secteur tertiaires (Fintech, Supply Chain, etc) », indique le président fondateur de Keeex qui a bénéficié d’un financement de 500.000 euros pour poursuivre le développement de ce produit. L’entreprise compte actuellement 4 ingénieurs spécialisés en informatique et en management. Basée à Marseille, elle est soutenue par la Satt sud-est (Société d’accélération du transfert de technologie), Bpifrance et l’incubateur Belle de Mai. L’entreprise vient de lever 100.000 euros auprès d’investisseurs privés et prévoit un second tour de table ces prochains mois afin d’accélérer les développements technologiques et commerciaux. L’utilisation du logiciel ChatOps de Keeex est proposé en offre freemium (à partir de 15 euros pour la version illimitée). Il est disponible pour les systèmes d’exploitation Windows, OS X et Linux. Une version bêta Android est également disponible.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous