Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Genetec maintient sa position de leader sur le marché des VMS

D'après un rapport de IHS Markit, le groupe spécialisé dans les solutions de sécurité VMS, le contrôle d’accès et la reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation a de beaux jours devant lui.

Bonne nouvelle pour le géant canadien Genetec ! Selon un récent rapport publié par le cabinet d’études IHS Markit, ce spécialiste des solutions de sécurité unifiées, de sûreté publique, d’opérations et de business intelligence, vient d’être promu éditeur n°1 mondial pour ses systèmes de gestion Vidéo Management Systems (VMS). A noter que le groupe occupe d’ores et déjà le premier rang en Amérique pour la huitième année consécutive. Genetec détient 18,3% des parts du marché Outre-Atlantique des VMS, lequel pèse à lui seul 4,1 milliards de dollars. Idem pour le marché américain des équipements Back-end de vidéosurveillance dont font partie les enregistreurs. Le groupe y décroche la première place avec 1,7 milliard de dollars.

Dans le TOP 10 du marché global
Autre marqueur intéressant, selon le Compound Annual Growth Rate (CAGR), la compagnie affiche un taux de croissance global annuel moyen de 24,1% sur les trois dernières années dans la catégorie VMS. A l’international, cette courbe ascendante représente 20,5% sur la région Europe Middle East & Africa (EMEA) et 22% pour la région Asie-Pacifique (APAC).
Pour soutenir cette croissance, le groupe mise gros sur ses chercheurs. « En tant que fabricant privé et indépendant de solutions de sécurité physique sur IP, nous ré-investissons dans la R&D une proportion beaucoup plus élevée de notre chiffre d’affaires annuel que la plupart des autres sociétés », indique Pierre Racz, président de Genetec. Il précise également que, toujours selon ce même rapport, sa compagnie serait la seule à siéger parmi les Top 10 mondiaux de chacun des secteurs de la sécurité physique, à savoir les VMS, le contrôle d’accès et la reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation (RAPI).

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous