Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Burn-out : la moitié des cadres victimes d’épuisement professionnel

Un sondage de Cadremploi dresse un constat pour le moins inquiétant : un cadre interrogé sur deux affirme avoir déjà été victime d’épuisement professionnel. Au stress, à la charge de travail et à la fatigue s’ajoute la mauvaise gestion des managers en matière de risques psychosociaux (RPS).

Selon un sondage réalisé par le site de recrutement Cadremploi, un cadre sur deux aurait déjà été en proie au burn-out durant sa carrière. Des chiffres préoccupants auxquels s’ajoutent les 36% des sondés qui pensent en avoir fait l’objet mais n’en sont pas tout à fait sûrs. En détail, les interrogés évoquent des symptômes tels que l’anxiété (74%), la fatigue (67%) et les insomnies (64%), soit tous les signes avant-coureurs de l’épuisement professionnel.

22% posent leur démission
Sans surprise, les interrogés, à savoir 1 123 cadres français, évoquent des causes telles que la pression professionnelle, une charge de travail trop pesante, le manque de reconnaissance ou le stress. Au niveau de la prise en charge, ici encore, les chiffres choquent : 86 des personnes ayant subi un burn-out affirment ne pas voir été accompagnées. Vu la dégradation des relations professionnelles (42%), on imagine bien que les victimes du burn-out sont nombreuses à vouloir quitter leur poste. 37% d’entre elles ont ainsi réclamé une rupture conventionnelle, tandis que 22% ont démissionné.

La difficulté de détecter le burn-out
Ce constat pose la question de la gestion des risques psychosociaux. Pour expliquer ce phénomène, l’étude explique tout d’abord que 40% des interrogés avouent ne pas avoir informé leur supérieur de l’érosion de leur santé mentale. D’ailleurs, 75% des managers interrogés affirment ne pas avoir remarqué de situation psychologique préoccupante au sein de leurs équipes.

Le manque de connaissance
Pour appuyer ces dires, 87% déplorent ne pas avoir suivi une formation qui leur aurait permis de détecter les signes de l’épuisement professionnel. Faute d’expérience, 77% des managers tentent alors d’organiser des réunions avec le salarié concerné. Seuls 55% ont le réflexe d’avertir leur supérieur, et 44% déclarent en avoir parlé aux services des ressources humaines.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous