Gérer les risques aujourd'hui et demain

Expoprotection 2018 : le plein de contenus en sécurité et lutte contre l’incendie

10-10-2018

Outre les centaines de nouveautés qui y seront présentées, la 27e édition du salon leader en matière de prévention et gestion des risques sera l'occasion d'assister à une centaine de conférences et ateliers.

L’édition 2018 d’Expoprotection va attirer 20.000 visiteurs.
© Reed Expositions France
Avec 760 exposants dont près de 300 nouveaux venus, et plus de 350 internationaux provenant de 41 pays, la 27e édition d’Expoprotection confirme sa position de salon n°1 en matière de prévention et gestion des risques en France. Pas moins de 20 000 visiteurs sont attendus du 6 au 8 novembre pour cet événement qui occupera l’intégralité du Hall 1 du parc des expositions de la Porte de Versailles, à Paris. En ce qui concerne l’univers de la sécurité, sûreté et lutte contre le feu, près de 300 exposants vont dévoiler leurs nouveautés.

Des centaines de nouveautés

Jack est le premier robot français à être disponible en RaaS
(Robot as a Service). © TBC France
Le salon met l'accent sur l'innovation, à l'instar du robot rondier autonome Jack, présenté par TBC France, qui transmet ses images vidéo en temps réel. Équipé de caméras infrarouges offrant une vue à 360°, il assure une surveillance de jour comme de nuit dans les grands espaces à sécuriser. Grâce à son intelligence artificielle embarquée, Jack sait se rendre rapidement sur le lieu d’une alarme et déterminer à distance si une intervention humaine est pertinente. C’est le premier robot de ce type fabriqué en France. Tout terrain, il est conçu pour patrouiller en extérieur, principalement sur les sites sensibles. Il devrait être commercialisé sous forme de location en RaaS (Robot as a Service). Il est fourni avec une application permettant de gérer facilement une flotte de robots depuis un centre de contrôle.

Surveillance vidéo holistique

Cayuga offre une vision complète des différentes sources vidéo,
d’un seul coup d’œil. © SeeTec
Pour sa part, SeeTec présente Cayuga, un logiciel de gestion vidéo capable de gérer l’ensemble des flux générés par les caméras de surveillance. Ce qui permet d’obtenir une surveillance vidéo « holistique » (complète) d’un simple coup d'œil, de façon centralisée, sur site ou à distance. Une configuration simple, une administration flexible, une intégration transparente des anciens et nouveaux systèmes et de nombreuses options d'accès garantissent la protection des opérations. Bien qu’indépendant des fabricants, SeeTec Cayuga est compatible avec la majorité des caméras réseau disponibles sur le marché. Toujours en vidéosurveillance, le géant Milestones Systems lance XProtect Express, un logiciel qui prend en charge jusqu’à 48 caméras, destiné aux entreprises ayant des besoins en matière de sécurité de base. Ou pour celles qui souhaitent intégrer d’autres applications de gestion des informations professionnelles, telles que le contrôle d'accès.

Concilier sécurité et amélioration de l'environnement

Avec Miss Hyde, la borne anti-bélier devient un mobilier
urbain design et dépolluant. © La Barrière Automatique
Comme un genre d’ovni dans l’univers de la sécurité, La Barrière Automatique exposera Miss Hyde, un habillage de borne anti-bélier dont le matériau allie sécurité et amélioration de l'environnement. En effet, celui-ci est antibactérien, autonettoyant et permet d'éliminer les produits chimiques par simple contact. Résultat, cette borne au design soigné devient un objet urbain à part entière, qui supprime l'aspect anxiogène de la borne anti-bélier conventionnelle.

Centrale téléphonique pour établissements scolaires

En cas d’alerte, la PPMS Box aide à diffuser les bons messages,
aux bonnes personnes et par le bon canal. © Castel
Susceptibles d’être confrontés à des accidents majeurs d'origine naturelle, technologique ou liés à des situations d’urgence particulières, telles que la menace terroriste, les établissements scolaires ont été amenés à faire évoluer le Plan Particulier de Mise en Sûreté. Pour les y aider, Castel a développé la PPMS Box, qui permet de coordonner les plans d’urgence et d’avoir la réactivité nécessaire pour protéger personnel et élèves. Sur simple appel (ou bouton d’urgence), cette centrale d’alarme téléphonique aide à diffuser en quelques instants des messages d’information, d’alerte ou de mobilisation sur tout type de média (smartphone, fixe, SMS, sirène-diffuseur de messages vocaux, etc.). Et ce auprès de l’ensemble des personnes concernées : corps enseignant, collectivités, pompiers, personnels de santé, forces de l'ordre…

Une centaine de conférences et ateliers

Les conférences et ateliers sont répartis en cinq cycles de contenus.
© Reed Expositions France
Conférences, tables rondes, ateliers, formations, retours d’expérience et keynotes... Six espaces, incluant la scène du Live, seront dédiés au contenu sur Expoprotection. Grâce à des partenaires prestigieux, véritables experts (Acses, ADMS, l’Agora des directeurs de la sécurité, Afnor, Agrepi, AN2V, Anitec, Apsighe, Asis International, CDSE, CJCS, CNPP, Connectwave, FFMI, GPMSE, Snes, USP…), ces rencontres s'articuleront autour de cinq cycles de conférences : « Tendances et Innovation », « Métiers et Formation », « Retours d’expérience », « Normes et Réglementation », « Risques et Solutions ».

La Fédération Française des Métiers de l’Incendie (FFMI) et l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) viendront notamment traiter des consignes de sécurité incendie, de l’élaboration à la mise en œuvre, en précisant le cadre réglementaire, le code du travail, l’intégration dans la démarche globale de prévention, etc. De son côté, le cabinet PwC abordera le thème « De la biométrie à l’identité numérique » et développera les angles de la sécurisation de la biométrie, de l’efficience des systèmes ou encore des limites de l’utilisation des données personnelles. Pour leur part, Nitidis et Heropolis s’intéresseront au smartphone en tant que révolution dans l’alerte et la gestion de crise (mobilité de transmission des alertes et informations, confidentialité, bulle WIFI sécurisée…).

Des ateliers techniques

Les ateliers techniques sur la vidéosurveillance aborderont,
entre autres, le lien entre performance et cybersécurité.
© Just Do IP
Dans le cycle « Métiers et Formation », Expoprotection confie plusieurs ateliers à Just Do IP. A commencer par « Comment concevoir un système de vidéosurveillance efficace ? » pour définir les étapes clés d’un projet, les besoins et stratégie de déploiement, la réglementation et les performances à attendre. Suivra l’atelier « Vidéoprotection performante et cybersécurisée : le diable est dans le détail… » durant lequel seront abordés les problèmes de réglages impactant la performance en IP ainsi que les bonnes pratiques, le suivi et la maintenance du système.

Pour sa part, le Club des femmes de la sécurité organisera un atelier sur « Les femmes dans la sécurité, un enjeu pour demain ». Objectif : attirer les femmes vers les métiers de la sécurité tout en valorisant et renforçant leur visibilité. Dans le cycle « Risques et Solutions », on annonce déjà, toujours avec Just Do IP, un atelier ayant pour thème « Quelle maintenance pour conserver l’efficacité de son système de vidéoprotection ? » qui mettra l’accent sur les principales causes de dysfonctionnement, la maintenance analogique et maintenance IP, ainsi que la reprise de parc…

Focus sur la sécurisation des établissements de soins

Le focus sur la sécurisation des établissements de soins bénéficiera
de retours d’expérience de différents CHU.
© D.R.
La sécurisation des établissements de soins fait l'objet d'un traitement privilégié, comptant sur les interventions du ministère des Solidarités, du Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité adjoint des ministères sociaux (HFDS) et de la Direction Générale des Offres de Soins. Parmi les pistes qui seront explorées :
  • « Penser la sécurisation des établissements est une approche globale garantissant le niveau des soins, l’accueil des patients et la qualité de vie au travail des personnels » ;
  • « Protection et réponse stratégique d’un établissement de santé en cas d’agression terroriste », avec l’exemple du CHU de Caen, animée notamment par le RAID ;
  • « La sécurisation des établissements de santé afin de faire face aux actes d’incivilité et de malveillance » orchestrée par l’Association des chargés de sécurité en établissement de soins (Acses) ;
  • enfin, deux conférences de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) : « Sensibilisation du personnel : former et impliquer le personnel dans son ensemble aux questions de sécurité » et « Optimiser la vidéo dans un Plan de sécurité d’établissement de soins » où le CHU d’Angers apportera son retour d’expérience.

Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.