Gérer les risques aujourd'hui et demain

Stéphanie Tucoulet (SVDI) : « Une nécessité : sécuriser les réseaux de vidéosurveillance, contrôle d'accès et détection d'intrusion »

14-02-2017

Dans la série ''Bilan 2016-Perspectives 2017'', Stéphanie Tucoulet, secrétaire générale du syndicat Sûreté, vidéoprotection et détection incendie (SVDI) qui représente près de 600 entreprises et 40.000 salariés.

Stéphanie Tucoulet, secrétaire générale du syndicat Sûreté,
vidéoprotection et détection incendie. © SVDI
Quels impacts les attentats de 2016 ont-ils eu sur la profession des installateurs de systèmes de sûreté, vidéoprotection et détection d'incendie ?

La filière s'est réorganisée. Du côté des industriels, on a vu la montée en puissance du Comité de la filière industrielle de sécurité (Cofis) et du Conseil des industriels de la confiance et de la sécurité (CICS). Du côté des installateurs, l'Alliance nationale des activités privées de sécurité (Anaps) s'est affirmée. Enfin, du côté étatique, le Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps) a consolidé ses missions et en a déployées de nouvelles. Notamment en formation.

Comment le marché s'est-il orienté en 2016 ?

A côté de la détection d'incendie, les Plans particuliers de mise en sûreté (PPMS) destinés aux établissements scolaires prennent désormais en compte la menace d'intrusion liée au terrorisme. Du plus petit au plus gros, ce marché touche quasiment l'ensemble des installateurs  car les établissements scolaires et universitaires se répartissent sur tout le territoire. A cet égard, le Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (FIDPR) a débloqué une enveloppe de 50 millions en 2016.

Outre la menace terroriste, comment la profession aborde-t-elle les cyberattaques ?

C'est un autre phénomène important. Administrations et entreprises ont clairement pris conscience qu'il était nécessaire de sécuriser les réseaux de leurs systèmes de vidéosurveillance, contrôle d'accès et détection d'intrusion. Cette année, cela devrait se traduire par des chantiers assortis de budgets prévus. Auparavant, on installait un système de sécurité sans se poser la question de sa propre sécurisation. Or, outre l'hébergeur OVH [n°3 mondial, n°1 européen, NDLR], les attaques en déni de service distribués [DDoS : Distributed Denial of Service] ont paralysé en quelques minutes l'opérateur américain de noms de domaine Dyn DNS. A travers lui, c'est tout l'Internet nord américain qui est tombé en panne ! Heureusement, ces attaques ont été sans conséquences humaines. Mais imaginez un pirate qui s'introduit sur un réseau de contrôle d'accès pour bloquer toutes les portes d'évacuation d'une tour de bureaux. Il pourrait en profiter pour faire un véritable carnage. Récemment, un pirate a bloqué les clients d'un hôtel à l'intérieur de leur chambre. Ensuite, il a exigé une rançon en échange du déblocage des portes...

Avec le retour de la croissance globale de notre économie, constatez-vous un redémarrage des affaires pour les entreprises du secteur  ?

L'activité a visiblement redémarré en 2016. D'ailleurs, les entreprises embauchent. En revanche, elles ont du mal à recruter ! C'est le signe que l'on manque de techniciens sur le marché. Du coup le SVDI est en passe de valider d'ici la fin juin un certificat de qualification professionnel interbranche (CQPI ) pour des techniciens en systèmes de vidéosurveillance. Ce CQPI s'élabore en collaboration avec les branches de la métallurgie et du bâtiment. Et il va aider le secteur à former, entre autres, des demandeurs d'emploi pour les faire entrer sur le marché du travail. Ce certificat va permettre également de valider les compétences des collaborateurs déjà sur le terrain. Nous aimerions faire entrer ainsi au moins une centaine de personnes par an.

Comment expliquez-vous la modestie de ce chiffre ?

Nous sommes pénalisés par un grand déficit de notoriété. Nos métiers sont très peu connus. Le premiers point d'entrée pourrait être le BAC Pro SEN (Systèmes électroniques numériques) qui va devenir Bac Pro SN (Systèmes numériques). Mais les lycées ont déjà du mal à remplir leurs effectifs dans cette filière... Ce qui complique notre effort de recrutement sur tout le territoire. Autre difficulté : comme ces techniciens sont en première ligne chez les clients, ils doivent être à la fois techniques et communicants !

Comment allez-vous améliorer cette situation ?

Nous y œuvrons depuis plusieurs années. D'ailleurs, en 2015, le SVDI a créé à l'initiative de notre vice-présidente Claire Jacquemet, le club des femmes de la sécurité ! En effet, partant du constat qu'il existe également un déficit en femmes dans le secteur, nous nous sommes dit qu'il y avait sûrement chez les femmes un relais de croissance pour les effectifs de la profession. En 2016, ce club s'est consolidé. Entre autres, nous avons créé un charte et organisé des actions de sensibilisation au niveau des écoles afin de présenter nos métiers, notamment aux jeunes filles. A cet égard, pour 2017, le SVDI propose aux 70 femmes membres du club qu'elles accueillent une jeune fille élève de 3ème dans le cadre de son stage de découverte professionnelle pour lui montrer nos métiers.

Quels sont vos autres projets pour 2017 ?

Nous allons tout d'abord travailler sur la révision de l'arrêté août 2007 sur la vidéoprotection. Comme ce projet marque également l'implication de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), cela nous laisse à penser qu'il devrait y avoir un chapitre sur la sécurisation des réseaux. C'est une activité qui nous concerne de près ! En revanche, le problème reste celui de la probité du personnel qui installe et maintient les systèmes et réseaux de vidéoprotection. Or celle-ci n'est pas prise en compte.

Que comptez-vous faire ?

Il faudrait instaurer une carte professionnelle à l'instar des agents de sécurité privée. Sur ce terrain, nous avons eu un certain nombre de discussions avec le Cnaps [qui en serait l'opérateur, NDLR] ainsi qu'avec le ministère de l'Intérieur qui sont tous les deux d'accord avec ce projet. Mais il faut aussi modifier le code de sécurité intérieure. A ce sujet, le ministère nous demande différentes choses : recenser le nombre potentiel de personnes impactées par la mise en place d'une telle carte professionnelle, une définition claire du périmètre couvert que nous souhaitons, des exemples de risques avérés ainsi qu'une unicité de la demande des professionnels.

Et alors ?

Le président du SVDI, Philippe Blin, a écrit au Groupement professionnel des métiers de la sécurité électronique et à l'USP Technologies [branche technologique de l'Union des entreprises de sécurité privée, NDLR] pour discuter et se mettre d'accord sur les modalités de cette carte professionnelle. Mais nous travaillons également sur un autre point :  l'importance de l'étude préalable qui comprend le diagnostic et les menaces par rapport à chaque site. En 2017, il va falloir instaurer une nouvelle coopération public-privé entre les référents sûreté et les installateurs sur leur partie bureau d'études. Il va falloir que ces professionnels apprennent à travailler ensemble.

Qu'en est-il de l'intelligence artificielle, de la donnée et des technologies de pointe ?

Nous parlons du prédictif. Il s'agit, pour nous, non pas de prédiction mais d'un outil statistique. Par exemple, à New York, où les statistiques sur les habitats insalubres et les départs de feu ont été recoupées. Résultat, les casernes de pompiers sont désormais implantées au plus près du risque pour gagner en efficacité. Nous réfléchissons aussi sur la donnée. A cet égard, cela semble étrange mais il n'existe pas, à ma connaissance, de statut juridique de la donnée. C'est un énorme problème à l'heure du développement des objets connectés ! Parmi les questions évoquées, nous voulons savoir quel doit être l'encadrement de la protection de la donnée ? A qui va-t-elle appartenir ? Cette question est particulièrement importante dans le domaine du BIM [Building Information Modeling ou maquette numérique 3D commune à tous les acteurs d'un chantier, NDLR]. D'ailleurs, nous participons aux travaux de Mediaconstruct, le mandataire du Plan Transition Numérique dans le Bâtiment (PTNB) sur la mise en place du BIM. Les sujets portent sur les aspects contractuels, la définition des produits génériques, la défense du devoir de conseil de l'installateur qui engage sa responsabilité...

© Propos recueillis par Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.