Gérer les risques aujourd'hui et demain

Trophées Expoprotection : des prix en phase avec les attentes du marché

19-10-2016

Les Trophées de l'innovation d'Expoprotection ont été remis mardi dernier en amont du salon qui ouvrira ses portes du 7 au 9 novembre prochains. Dans la catégorie « Risques Malveillance et Incendie », la mention spéciale du jury a été attribuée à Evolv, le trophée de bronze à Optex Security et l'argent à STiD. Quant au trophée d'or, il a été remporté par Pixiel Security.

Le portique Visiom détecte
des armes à feu et des explosifs.
© Evolv
En amont du salon Expoprotection, qui ouvrira ses portes du 7 au 9 novembre, ont été décernés mardi dernier les 26èmes Trophées de l'innovation. Cette cérémonie récompense deux catégories de produits et services. La première concerne les Risques professionnels, naturels et industriels (RPNI), tandis que la seconde porte sur les Risques Malveillance  et Incendie (RMI). Dans cette dernière catégorie, les membres du jury, qui étaient représentés par Sébastien Perret, responsable sécurité Orange Stadium, ont  décerné la mention spéciale à Visiom, une solution de sûreté et de détection développée par le français Evolv. Il s'agit d'un portique qui associe ondes millimétriques et détection de masses métalliques. L'enjeu étant de limiter les fausses alarmes dans la détection d'armes à feu et explosifs et d'alléger le processus de fouilles des visiteurs à l'entrée des sites sensibles.  


Ce détecteur laser est facile à installer.
© Optex Security
Le trophée de bronze a été accordé au Laser RSL-2020 d'Optex Security. Personnalisable et installable rapidement aussi bien en intérieur qu'en extérieur, cet appareil détecte les intrusions, les vols ou les accès non autorisés. Il s'agit d'une nouvelle génération de laser proposée à un prix très accessible, avance le constructeur. Qui plus est, la version Full IP s'intègre à la plupart des Video Management Systems (VMS) ou plateformes de Physical Security Information Management (PSIM). En outre, le RSL-2020 est capable de protéger des espaces de grandes dimensions tant en surfaces horizontales que verticales.
Avec Mobile ID le smartphone embarque
le badge de contrôle d'accès. © STiD
Trophée d'argent pour la solution STID Mobile

Parmi les nombreux dossiers reçus, la solution de contrôle d'accès mobile proposée par l'entreprise Systèmes et Technologies Identification (STiD) a aussi retenu l'attention du jury. La PME s'est vue attribuer un trophée d'argent pour sa solution STiD Mobile ID. Grâce aux technologies RFID et Bluetooth, cette solution permet d'utiliser les smartphones (iPhone et Android) comme support de badges d'accès. Dès lors, plusieurs modes d'identification sont possibles : en version proximité, mains libres, tap tap, télécommande, ou encore par effleurement. Les données peuvent être stockées dans l'entreprise ou chez un prestataire.  

Quant au trophée d'or, il a été décerné à Neosafe Drone Security Solutions développé par le français Pixiel Security. Cette entreprise créée il y a six ans conçoit, développe et commercialise des drones à usage industriel dédiés notamment à  l'inspection d'ouvrages et aux relevés aériens. « Nous avons une trentaine de collaborateurs dont une quinzaine d'ingénieurs au sein de notre bureau d'études », indique Moïse Rogez, le PDG de Pixiel. La PME consacre à la R&D pas moins de 50% de son chiffre d'affaires qui s'élèvera pour 2016 à 2 millions d'euros contre 1,3 million d'euros en 2015. En quatre ans, son taux de croissance s’élève à 1.500% ce qui lui a valu en 2015 de recevoir le prestigieux prix Technology Fast 50 décerné par le cabinet Deloitte. Une première pour une entreprise de drones civils ! Pressentant le décollage du marché des drones volants de sécurité, la PME basée à Bouguenais (Loire) a conçu de bout en bout une solution de drones de surveillance capables de réaliser des rondes automatiques sur des sites industriels et sensibles ayant une surface au minimum de 5 à 10 hectares.

Ce drone quadricoptère est conçu
pour faire des rondes automatiques
en essaim. © Pixiel
Plusieurs brevets déposés par Pixiel Security 

Mieux encore. « Il suffit qu'une alarme périmétrique se déclenche pour que le drone décolle afin de lever le doute et de transmettre ses images au PC de surveillance », explique le PDG qui a déposé plusieurs brevets sur des technologies développées lors de la conception du robot volant. Point fort, ce dernier peut voler seul ou en essaim. Comme l'a démontré cet été le spectacle de drones organisé pour le Puy du Fou. Pixiel a obtenu l'autorisation de faire voler 15 engins en escadrille au-dessus d'un public de quelques 14.000 spectateurs ! Grâce à quoi Pixiel a réussi à convaincre des industriels de tester ses nouveaux drones de surveillance. Lesquels ont été développés à partir des robots volants du Puy du Fou. La version proposée aux industriels est constituée d'un quadricoptère qui dispose, selon les cas, d'une autonomie d'une demie heure à une heure. Celui-ci est capable de voler à 50 km/h à une altitude moyenne de 50 mètres. A bord, il embarque, entre autres, une caméra haute résolution fonctionnant de jour comme de nuit. « Notre force repose sur notre capacité à maîtriser toutes les briques nécessaires à la conception du drone et à son pilotage », fait valoir le PDG qui a veillé à ce que sa solution s'utilise sans formation préalable et qu'elle s'interface avec n'importe quel système de vidéosurveillance. Reste à définir un prix sachant que le drone sera proposé prioritairement en mode locatif. « Notre solution sera commercialisée auprès des industriels et des intégrateurs durant le premier semestre 2017 », annonce Moïse Rogez qui prépare, d'ici là, sa première levée de fonds. 2 millions d'euros sont ainsi attendus afin de financer ses développements en France et à l'étranger.  
 
Eliane Kan

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.