Gérer les risques aujourd'hui et demain

La biométrie française en test à l'aéroport de Los Angeles

11-12-2018

La compagnie d'aviation American Airlines a adopté le procédé Live Face Identification System (LFIS) conçu par Gemalto, afin de sécuriser et fluidifier les procédures d’embarquement des passagers. Pour l’heure, le dispositif est en phase de test au Terminal 4 de l’aéroport de Los Angeles.

La compagnie American Airlines va avoir recours
à la reconnaissance faciale pour certaines
destinations. © American Airlines
La compagnie aérienne American Airlines a répondu à l'appel de la biométrie. Une décision qui se concrétise par la mise en place d'un test de trois mois dans le Terminal 4 de l’aéroport de Los Angeles (LAX). Au lieu d’identifier les passagers grâce à leur carte d’embarquement, les hôtesses seront équipées de dispositifs de reconnaissance faciale mis au point par le français Gemalto.

Augmenter le niveau de sécurité


Une initiative qui obéit aux conditions du service des douanes et de la protection des frontières américain (CBP) : « Être en mesure d’utiliser son visage au lieu d’une carte d’embarquement permettra de renforcer la sécurité », indique Neville Pattinson, vice-président en charge des programmes gouvernementaux chez Gemalto. Pour implémenter cette solution, nul besoin de changer toute l’infrastructure de contrôle d'accès, il suffit de l’intégrer au bureau des agents. Côté fonctionnement, le passager se rapproche du lecteur qui scanne alors son visage et le compare à la photo de son passeport enregistré au préalable dans la base de données des douanes. Une fois l’identification validée, pas d’inquiétude, les images captées sont automatiquement supprimées du système de façon à garantir le respect de la protection des données.

Des garanties de fiabilité


Selon le département américain de la sécurité intérieure, ce dispositif peut s'enorgueillir de sa fiabilité, avec un taux d’acquisitions réussies de 99,44% en moins de cinq secondes. De quoi sérieusement désengorger les comptoirs d’embarquement aux heures où le trafic est le plus dense.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.