Gérer les risques aujourd'hui et demain

Stéphanie Ladel : « Attention au risque de karoshi »

31-08-2015

Interview de la fondatrice du Cabinet Social, basé à Montbonnot-Saint-Martin, près de Grenoble (Isère). En tant que consultante sociale, elle décrit les contours du phénomène de « mort subite par surcharge de travail ». Elle indique aussi les questions à se poser pour le prévenir.

Stéphanie Ladel, consultante sociale,
fondatrice du Cabinet Social.
CC Oussama Refas
Que signifie le terme ''karoshi'' et d'où vient-il ?

Il vient tout droit du Japon. Ce terme est encore assez peu connu en France. Or il fait pourtant partie de notre réalité. Concrètement, « karoshi » signifie « mort subite par surcharge de travail ». Il s’agit donc d’un décès, brutal, imprévu, la plupart du temps par crise cardiaque ou bien par suicide et directement lié à ce que l’on pourrait appeler une « overdose de travail ».

Quand et comment ce terme est-il apparu ?

C’est en 1969 que la surdose de travail a pour la première fois été reconnue comme la cause de la mort d'un salarié. En l'occurrence, il s'agissait d'un employé japonais de 29 ans. Cela fait donc près de 50 ans que cette cause de mortalité est comprise comme telle au Pays du levant. Elle y est même reconnue comme maladie professionnelle.

A-t-on une idée de l'ampleur qu'a prise ce phénomène ?

Oui, le Japon tient des statistiques épidémiologiques depuis la fin des années 1980. Le phénomène augmente-t-il ? Visiblement oui. Bien qu’il soit difficile de déterminer si ce sont les cas qui augmentent ou leur diagnostic en tant que karoshi… L’overdose de travail est établie lorsque le temps de travail de la personne décédée a été clairement excessif. En effet, l’événement fatal a lieu à la suite d’un temps de travail extrêmement long à l’échelle d’une semaine ou d’une « journée » (sans sommeil).

Quelle est la spécificité du karoshi ?

Retenons que, parmi les risques sanitaires liés au travail, il est dépassé de considérer qu’il y aurait des risques physiques et des risques psycho-sociaux. Le karoshi montre bien le pont entre un comportement d’abus, de surtravail, d’addiction au travail peut-être, par forçage de son propre corps, et sa traduction en accident, prenant la forme d’une impulsion, soit du corps, soit de l’esprit, qui « disjoncte ». Il serait illusoire de penser que ces accidents sont liés à une maladie (un problème cardiovasculaire ou une dépression que l'on peut diagnostiquer en amont) ou bien qu’une personne voulant travailler sans arrêt pourra se renforcer par un quelconque traitement. Le fait est que nous ne pouvons pas, sans risque fort et direct pour notre santé, repousser les limites du corps humain en empêchant son repos.

Comment prévenir ce risque ?

Il est possible de prévenir le karoshi, en tant qu’accident lié à une cause connue, puisqu’il est simple de mesurer le temps de travail quotidien. Reste à sensibiliser chacun, cadre ou non-cadre, à la réalité du karoshi ayant déjà tué des milliers de personnes obnubilées par leur travail, et du risque qu’il prend s’il en vient à oublier de mesurer son propre temps de travail. Bien évidemment, relier cette cause de mortalité à la recherche éperdue de productivité des entreprises est correct. Cela apparaît aussi comme un effet pervers de nouveaux modes d’organisation. Comme, par exemple, responsabiliser chacun en l’absence de responsables intermédiaires, sans imposer un nombre d’heures de travail mais en imposant la réalisation d’objectifs... alors même que les salariés sont habitués à fournir « beaucoup » pour fournir « bien ». D’autres corrélations existent… Mais cela se joue aussi à l’échelle individuelle. Dans le cas du karoshi, la crise cardiaque ou le suicide n’existent que parce qu’il y avait surchauffe. La prévention individuelle passe donc par la conscientisation de son implication dans son travail, qui doit être prégnante mais pas inhumaine. Or, le candidat au karoshi a cette particularité de ne plus s’écouter lui-même… Si vous constatez qu’un proche force à l’extrême son corps et son esprit pour qu’ils travaillent plus longtemps, vraisemblablement au-delà de leurs limites, vous devez l’aider à s’interroger.

Quelles sont les questions à se poser ?

Quel est mon temps de travail ? Pourquoi ne puis-je parvenir à me donner un temps de récupération ? Pourquoi est-ce que je n’entends plus mon stress, ma faim, mon sommeil ? Pourquoi la réussite de mes objectifs professionnels devient-elle prioritaire par rapport à mon intégrité ? Quels sont les enjeux, tous les enjeux ? Quels sont les risques, leur gravité et leur probabilité d’occurrence ? Quelles autres méthodes existent qui pourraient diminuer les risques prioritaires ? Répondre à ces questions n'est pas chose facile quand on a « la nez sur le guidon »… C’est pourquoi le rôle des proches (famille, amis, collègues et supérieurs) sera de convaincre l'individu concerné de se faire accompagner pour trouver une solution qui le mette hors de danger, tout en restant professionnellement satisfaisante pour lui.

Propos recueillis Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.