Gérer les risques aujourd'hui et demain

Bien-être au travail : Kwanko se lance dans le “Flex office”

26-01-2018

Ce spécialiste de la diffusion des campagnes publicitaires a revu ses logiques managériales mais aussi ses environnements de travail afin de donner une plus grande importance à ses collaborateurs. Le but étant de favoriser la créativité, la convivialité mais aussi les rapports de confiance avec les managers.

Cet espace pour réunions informelles a été conçu
dans des matériaux tendance pour plaire aux jeunes
collaborateurs. © Kwanko
Alors que la tendance du “Flex office” séduit de plus en plus d’entreprises soucieuses du bien-être de leurs collaborateurs, c’est au tour du spécialiste de la gestion des campagnes publicitaires Kwanko de s’y intéresser. À cette occasion, l’entreprise a été l’objet de nombreux changements parmi lesquels des méthodes de travail plus détendues, un aménagement des locaux plus ludique, l’embauche d’une conseillère en bien-être ou encore une refonte des rapports hiérarchiques entre employés et managers.

Redéfinir le rôle des managers 


Première mesure qui a été prise, l’entreprise a décidé de repenser les relations entre managers et collaborateurs afin de les rendre non plus pyramidales mais horizontales. Ce qui passe par exemple par l'idée d'accorder une plus grande autonomie aux collaborateurs qui peuvent désormais travailler chez eux ou encore par faire évoluer le rôle des managers. En effet, ces derniers ne sont plus là seulement pour donner des ordres. Désormais, ils prennent des attitudes de coachs en accompagnant chaque employé dans son travail.

Un relooking des locaux 


Outre l’évolution des techniques managériales, l’entreprise a également chargé une équipe de redessiner les locaux de son siège, situé à Bourg-la-Reine (92). « Nous souhaitions vraiment impliquer les collaborateurs pour en faire des acteurs à part entière de cette transformation », témoigne François Bieber, PDG de Kwanko.

Des espaces dédiés 


Pour cela, finis, les bureaux cloisonnés. Place à un open space où les collaborateurs s’installent pour travailler où ils le souhaitent. Des espaces collaboratifs ont également été créés tels qu’une salle “silence” pour s’isoler, des espaces de réunion informels, ou encore de “cocooning” pour les pauses. À cela s’ajoutent une cafétéria équipée d’un babyfoot ou encore une cabine téléphonique isolée au milieu de l’open space pour les conversations qui nécessitent une plus grande confidentialité. Côté design, des petites alcôves ont été installées pour les collaborateurs qui souhaitent travailler dans un espace intime et informel. Matériaux en USB (sciure de bois agglomérée), imprimés jungle sur les murs, luminaires chaleureux… Les locaux prennent des atours tendance pour séduire les collaborateurs et leur procurer la sensation d’un chez soi.

Une “happiness manager” 

L’entreprise a également embauché une personne dédiée au bien-être des collaborateurs. Ses tâches se situent à mi-chemin entre la communication en interne, les ressources humaines et l’événementiel. « Cette nouvelle collaboratrice organise par exemple des événements pour garantir la cohésion entre salariés et prête une oreille toute particulière aux situations individuelles. Elle doit notamment accompagner les managers et leur apprendre à laisser plus d’autonomie à leurs collaborateurs », détaille François Bieber.

Des outils technologiques à disposition 


Alors que les salariés se font de plus en plus nomades, l’évolution et la mise à disposition d’outils technologiques doit de fait suivre. Pour cela, l’entreprise a équipé ses employés d’ordinateurs portables mais aussi de smartphones. « Nous échangeons aussi beaucoup par chat et travaillons en temps réel, de manière collaborative, détaille François Biebert. Notamment avec des outils comme Slack. » À savoir la plateforme de communication collaborative à la mode actuellement.
 
Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.