Gérer les risques aujourd'hui et demain

Expoprotection 2018 : point d’étape à cinq mois du salon

25-05-2018

Événement n°1 de la prévention et de la gestion du risque privé en France et n°2 en Europe pour la sécurité et la santé au travail (SST), Expoprotection devrait attirer 750 exposants internationaux – dont près de 200 nouveaux – venant d'une quarantaine de pays. De quoi couvrir l’intégralité du Hall 1 de la Porte de Versailles (Paris). Quelque 20 000 visiteurs sont attendus du 6 au 8 novembre, pour cette 27e édition placée sous le signe de la révolution numérique.

La 27e édition d'Expoprotection mettra la révolution
digitale à l'honneur. © Reed Expositions France
« Par rapport aux 750 exposants de l’édition 2016, 550 ont déjà confirmé leur réservation. 95% de notre objectif de surface commercialisée sont déjà atteints à cinq mois de l’ouverture d’Expoprotection. Bonne nouvelle, nous comptons 137 nouveaux exposants à date », lance, lors d’une conférence de presse ce jeudi 24 mai, Jean-François Sol-Dourdin, directeur du salon dont la 27e édition se déroulera du 6 au 8 novembre dans le Hall 1 du Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. « Ce salon n’a pas d’équivalent en France dans la prévention et la gestion des risques privés. » Ce qui explique sa capacité à mobiliser les grands comptes et à attirer environ 250 exposants étrangers, provenant d'une quarantaine de pays (38 pays sont déjà représentés à date, contre 32 en 2016). Parmi le Top 10, on trouve d’abord l’Italie avec 51 exposants sur 3 000 m², « la taille d’un vrai petit salon en soi », suivie dans l’ordre par l’Allemagne, la Chine, le Royaume-Uni, l’Inde, l’Espagne, la Belgique, le Pakistan et les Pays-Bas. « Parmi les nouveaux pays cette année, on trouve la Croatie, la Hongrie, la Roumanie, la Slovénie et la Malaisie », reprend le directeur d'un salon qui rassemble deux univers : d'une part les risques professionnels et industriels et, de l'autre, les risques de malveillance et d’incendie.

Le salon SST n°2 en Europe


A cette date, l'univers Santé et Sécurité au Travail (SST) rassemble déjà 322 exposants venant de 35 pays, avec une forte présence sur le Workwear et les équipements de protection individuelle (EPI). Parmi les exposants, on compte des références comme 3M, Cepovett, Lafont, Honeywell Safety Products, Lemaître, Mure et Peyrot, ou Scott Safety ainsi qu’Armor Lux, Caterpillar, Cousin Tressec, Covepro, Haws, MP Hygiène, My-Serious Game ou Timberland Pro... « Cet univers constitue l’offre majoritaire du salon. En termes de surface d’exposition, il affiche une progression de 4,5% par rapport à l’édition précédente. Deuxième salon sur la Santé et la Sécurité au Travail en Europe, juste derrière le leader allemand A+A, Expoprotection s'affirme année après année comme l'un des chefs de file européens. Cette année, tous les grands leaders européens du secteur seront présents. D’ailleurs, les fabricants italiens utilisent ce salon comme tremplin d’exportation. »

Sûreté-sécurité et feu : n°1 en France


Avec 200 exposants confirmés, Expoprotection présente l’offre la plus large en France en matière de sûreté-sécurité et lutte contre l’incendie. « Tous les secteurs de cet univers s’inscrivent dans un changement de paradigme : la révolution numérique dont on ne perçoit pas encore toutes les répercussions. Une chose est sûre, le secteur de la lutte contre la malveillance, qui affiche les taux de croissance les plus élevés, est en pleine recomposition, constate Jean-François Sol-Dourdin. Spécialisé dans la sécurité physique, Expoprotection est de plus en plus imprégné par les thèmes des cybermenaces et de la cybersécurité. » C'est d'autant plus vrai en ce qui concerne la cybersécurité des équipements de sécurité eux-mêmes (contrôle d’accès, détection d’intrusion, vidéosurveillance…) et de lutte contre l’incendie.

300 innovations présentées


Expoprotection est la caisse de résonance des nouveaux produits, solutions et services de ses exposants. Pas moins de 300 innovations seront ainsi dévoilées. Les plus remarquables feront l’objet de récompenses lors des Trophées Expoprotection, dont les résultats seront annoncés un mois avant le salon. Précisons que le jury d’experts est composé uniquement de directeurs de la sécurité ou de préventeurs, c’est-à-dire d’utilisateurs, et non pas de représentants de fabricants ou de distributeurs. En parallèle, le salon poursuit son effort en matière d’innovation en remettant à l’honneur les jeunes pousses dans le cadre du Village Start-up, inauguré lors de l’édition 2016.

Révolution digitale : la trame du salon


Big Data, intelligence artificielle, robotique… ces évolutions fondamentales impriment à l’innovation un rythme qui ne cesse de s’accélérer. Au point qu’il est de plus en plus difficile pour un grand nombre de salariés et de sociétés de s’adapter à cette cadence. « Les répercussions de la révolution numérique sont globales : à commencer par la crainte du déclassement pour chaque collaborateur, car les ruptures technologiques sont de plus en plus rapides, violentes et d’une ampleur inégalée, analyse Jean-François Sol-Dourdin. Même les modèles économiques changent rapidement. Notamment avec la désintermédiation ou la notion d’usage qui remplace la propriété. Face à cela, les réglementations ont du mal à suivre. » Par exemple, la réglementation française sur les drones, qui était jusqu'alors en avance, se fait désormais distancer par celle d’autres pays. Ce qui complique le développement des certains acteurs.

Près d’une centaine de conférences et ateliers


Outre les innovations, Expoprotection s’attache à traiter des grandes évolutions du marché. Notamment celle du continuum de la sécurité, avec le renforcement de la coopération public/privé et avec l’implication de chacun dans la prévention des risques : collaborateurs de l’entreprise, agents des collectivités et administrations ou encore citoyens. Un courant qui met en exergue le besoin de sensibiliser et former les collaborateurs à des exercices de sécurité pour tous, dans les écoles, les établissements de santé ou les entreprises pour développer une gestion de crise collective. Citons aussi « l’équilibre entre prévention renforcée et liberté individuelle, notamment la protection des données personnelles… », rappelle le directeur du salon. Au total, près d’une centaine de conférences et d’ateliers seront organisés en collaboration, entre autres, avec de nombreux partenaires experts et institutionnels au travers de six espaces dédiés. Quatre cycles principaux structureront l’essentiel des contenus : « Prospectives & innovation », « Formation & métiers », « Retours d’expérience » et « Réglementation ». Des conférences et ateliers qui, il y a deux ans, avaient attiré près de 5 000 auditeurs.

Des Villages Experts sur les thématiques clés


Nouveauté de 2018, le salon lance des Villages Experts qui rassembleront des conférences, des exposants et des programmes de mise en relation autour de thématiques mobilisatrices. Pour l’heure, les sujets n'ont pas encore été révélés, mais des questions comme l’Internet des objets et ses applications en gestion des risques devraient être abordées. Enfin, plusieurs événements devraient aussi être organisés en collaboration avec des partenaires institutionnels comme la Caisse nationale d’assurance maladie-Travailleurs salariés (CNAM-TS), le ministère des Solidarités et de la Santé ainsi que des acteurs de la sécurité privée.

Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.