Gérer les risques aujourd'hui et demain

Effidence séduit les industriels avec son robot d'aide à la manutention

16-03-2017

Avec ce robot capable de suivre les personnes en portant les charges à leur place, ce fabricant de robot est en train de rallier à sa cause de plus en plus d'industriels, en particulier logisticiens.

Le chariot automatisé se charge de porter les colis
à la place de l'opérateur, il peut également le suivre
à la trace et prévoir son trajet de retour.
© Effidence
Il ne sera bientôt plus nécessaire de porter soi-même ses bagages ! Et ce grâce à Effibot, un petit chariot automatisé capable de suivre les voyageurs dans leurs déplacements. Conçu par l'entreprise clermontoise Effidence, ce robot d'assistance autonome a pour rôle d'aider les préparateurs de commandes dans les entrepôts logistiques ainsi que les voyageurs en gares ferroviaires. Bouygues Construction, DHL, Geodis, La Poste, SNCF... depuis que sa commercialisation a été lancée il y a un an, ce petit robot capable de porter jusqu'à 300 kg, a réussi à coloniser de nombreux secteurs tels que le BTP, la logistique et les services. Ainsi, si la PME a déjà vendu une vingtaine de robots l'année dernière, elle ambitionne d'en commercialiser une centaine dans les deux années à venir.

Un chariot capable de prévoir ses trajectoires

Pour cela, la start-up, autrefois prestataire de services en ingénierie puis reconvertie dans la fabrication de robots, a développé un système de navigation autonome capable de reconnaître et de suivre une personne en détectant ses jambes. Différents capteurs l'aident à s'orienter, tels que des lasers à balayage, ou bien des lasers fixes, un GPS, des caméras, ou encore des capteurs à ultrasons. Ensuite, un algorithme prend le relais afin de récolter et traiter simultanément les données générées par les capteurs. Grâce à ce système, le robot est capable de reconnaître les objets et personnes qui l'entourent afin de définir ses trajectoires... et d'éviter un carambolage sur le quai d'une gare !

Phase test avec la SNCF

Le concept a séduit la SNCF qui souhaite soulager ses agents chargés d'accompagner les personnes à mobilité réduite. Du coup, ces collaborateurs n'auront plus qu'à pousser le fauteuil roulant de la personne en situation de handicap tandis que le chariot se charge des valises. A cet égard; une opération test a été réalisée durant trois mois à Paris à la Gare de l'Est et à la Gare de Bercy. Objectif : déterminer si le robot est bien capable de se déplacer sur un quai bondé.

Réduire la pénibilité sur les sites logistiques

Parmi les autres industriels chez lesquels le fabricant a essaimé, le secteur des transports et de la logistique semblent particulièrement réceptifs. En témoignent DHL et Geodis qui se sont emparés du chariot robotisé afin de réduire la pénibilité de leurs collaborateurs. Du côté de DHL, 4 exemplaires ont été testés puis acquis afin de rejoindre l'entrepôt d'Unna en Allemagne. Objectif : assister les préparateurs de commandes grâce au port des charges mais aussi augmenter la productivité en passant à la préparation de commandes multiples. D'autant que le robot est capable d'assurer le convoyage de charges sans intervention humaine ou encore retourner seul vers un magasin, une zone d'emballage ou encore une zone d'expédition. En ce qui concerne Geodis, qui souhaite améliorer les conditions de travail de ses opérateurs en leur épargnant le port de charges lourdes, le chariot va rejoindre le site logistique de Droue-sur-Drouette (28).

Aider les facteurs

Autre grand acteur à s'intéresser au robot, La Poste a fait l'acquisition de deux exemplaires afin de soulager ses facteurs. A cet égard, les deux chariots sont en train de recevoir quelques modifications afin de pouvoir porter les courriers et colis. L'expérimentation dans les rues devrait commencer dans quelques mois. Autre cas de personnalisation, la branche construction du groupe Bouygues a commandé un chariot robotisé qui pourrait s'adapter aux environnements difficiles sur les chantiers, notamment avec de la boue, des terrains accidentés, poussiéreux, sablonneux etc. Pour cela, le robot va bénéficier de capteurs particuliers ainsi que d'équipements tout terrain.


Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.