Gérer les risques aujourd'hui et demain

La somnolence, premier facteur de risques des accidents routiers professionnels

04-06-2018

La Prévention routière et l’Association des sociétés françaises d’autoroutes viennent de publier leur second baromètre consacré à l'évolution du comportement des conducteurs lors des trajets domicile-travail et des déplacements professionnels sur les routes. Lequel montre notamment que 62% des conducteurs sont en manque de sommeil. Pour limiter ce risque routier, plusieurs solutions existent, dont des objets connectés dans les véhicules.

La monture Prudensee existe en sept versions.
© Optic 2000
Somnoler au volant et utiliser son smartphone pour téléphoner ou lire des SMS constituent les principales causes d'accident mortels dans le cadre du travail, loin devant la vitesse excessive, selon le second baromètre consacré à l'évolution du comportement des conducteurs lors des trajets domicile-travail et des déplacements professionnels sur les routes. Cette étude est le fruit d'un travail réalisé conjointement par la Prévention routière et l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) dans le cadre des « Journées de la sécurité routière au travail », organisées du 14 au 18 mai derniers. L'étude pointe du doigt des pratiques dangereuses.

Une amélioration sensible dans les comportements à risque


Entre autres, près d'un tiers des conducteurs (29%) lisent des SMS en roulant et près des deux tiers (71%) téléphonent au volant sur le trajet domicile-travail. Lors des déplacements professionnels longs, ils sont 38% à lire des SMS (contre 54% en 2013). Et 24% d'entre eux envoient des SMS, contre 34% il y cinq ans. Signe que les comportements s'améliorent. Par ailleurs, pour plus de la moitié (62%), les conducteurs ont dû lutter contre le sommeil lors d'un trajet professionnel longue distance sur l'autoroute. Or, la Prévention routière rappelle qu'un accident sur dix est lié à l'utilisation du smartphone et que la somnolence au volant multiplie par huit le risque d'accident. 42% ont d'ailleurs été confrontés récemment à cette somnolence contre 37% en 2013. Par ailleurs, 32% des automobilistes prennent le volant avec une dette de sommeil et 12% avouent avoir vécu un bref assoupissement ayant provoqué un accident, un incident ou un sentiment de danger immédiat, en particulier chez ceux travaillant en horaires décalés. Pas étonnant quand on sait que dormir cinq heures ou moins la veille d'un départ multiplie par trois le risque d'accident. Chez les jeunes conducteurs, le manque de sommeil, dû notamment à la pratique des jeux vidéo, fait encourir plus de risques d'accident car ils ont davantage besoin de dormir. Or, l'Institut national du sommeil et de la vigilance (INVS) rappelle que la somnolence au volant engendre une mauvaise appréciation des dangers et un ralentissement des réflexes.

Des lunettes connectées contre l'assoupissement


Autant de risques qui peuvent être évités grâce aux lunettes embarquées Prudensee du tandem Optic 2000 et Ellcie Healthy, créé en mai 2016 par Philippe Peyrard, ancien directeur général délégué d’Atol. L'aboutissement de deux ans de recherche, cette monture proposée en sept versions sera disponible dans les 1 200 magasins d'Optic 2000. Toutes intègrent des capteurs. Certains détectent les clignotements de paupières, bâillements et micro basculements de la tête, tandis que d'autres mesurent la température et la lumière ambiantes. En cas de risque, des LED montées sur les branches clignotent tandis qu'un buzz sonore se déclenche et un message est transmis sur le smartphone. Mieux encore, Prudensee, qui vient de recevoir le prix de l'innovation en sécurité routière dans la catégorie « Équipements de prévention routière » décerné par la délégation de la Sécurité routière, propose un mode partagé. Lequel consiste à envoyer aux passagers présents un message d'avertissement.

Un marché mondial de 130 milliards de dollars

Grégory Minvielle CEO de Smartrans a déposé
un brevet sur sa solution.
© TCA-innov24
D'autres dispositifs existent pour lutter contre la baisse de vigilance. Parmi lesquels, le Toucango, un système intégré au volant, basé sur la reconnaissance faciale et l'intelligence artificielle développé par Innov+. Cette start-up permet aux entreprises de surveiller le comportement de leurs salariés en voiture afin de diminuer les risques routiers grâce à des services web associés à des données de géolocalisation et d'hypovigilance. Elle s'est vu remettre le prix de la PME innovante « Research to business », organisé par la Filière Automobile et Mobilités (PFA).

Emettre des recommandations contextualisées


Par ailleurs, d'autres solutions sont sur le point d'être lancées sur un marché estimé à 130 milliards de dollars selon Grégory Minvielle, président de Smartrans, une start-up de 6 personnes basée à Grenoble et dans le Colorado (USA). L'entreprise vise le marché des entreprises, en particulier les transports routiers de marchandises et de voyageurs ainsi que l'industrie. Pour ce faire, elle  présente une solution d'assistance au conducteur constituée d'une application mobile qui permet de recueillir des informations relatives au conducteur, parmi lesquelles son nombre d'heures de sommeil et ses habitudes alimentaires. La solution, au stade de prototype, comprend aussi une caméra surveillant le mouvement et le clignement des paupières ainsi qu'un boîtier embarqué qui mesure la température à bord, le bruit et le taux de CO2 dans l'habitacle. Les capteurs envoient leurs données à l'application mobile qui, en les compilant et en les associant aux conditions météo et de circulation, émettra des alertes et des recommandations pendant le voyage. Mieux encore, ces données peuvent être envoyées également au manager de flotte qui pourra intervenir auprès du conducteur pour l'inciter à faire une pause si nécessaire. « Demain, l'application préviendra le conducteur de la proximité d'une aire de repos », prévoit d'ailleurs Grégory Minvielle fondateur de Smartrans. L'entreprise présentait sa solution au salon Vivatech sur le stand de l'éditeur SAP, qui fait partie de ses partenaires, tout comme Esri, le leader de la géo-information.

Eliane Kan

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.