Gérer les risques aujourd'hui et demain

Hausse de l’absentéisme : qui sont les principales victimes ?

10-09-2018

Selon le baromètre Ayming, le nombre de jours d’absence moyen d’un employé a grimpé de 16,8 en 2016 à 17,2 en 2018. Santé fragile, conditions de travail plus difficiles… les seniors et les femmes seraient les premières victimes de l’absentéisme.

Cumul des tâches domestiques, postes à facteurs de pénibilité
plus élevés... les femmes observent un absentéisme
supérieur à celui des hommes. © Pixabay
Avec 16,8 jours d’absence en 2016 contre 17,2 en 2018, l’absentéisme des salariés français a anormalement grimpé. Pour obtenir ces chiffres, le baromètre Ayming, publié le 5 septembre, a passé au crible les arrêts maladies, les maladies professionnelles ou injustifiées ainsi que les accidents du travail survenus cette année. A plus grande échelle, on y découvre que sur 100 jours travaillés, les salariés français ne se sont pas présentés à leur poste en moyenne 4,72 jours en 2017, contre 4,59 en 2016.

Un diagnostic national de l’absentéisme


« En trois ans, le nombre de journées indemnisées est passé de 11 à 12 par an et par salarié du privé. C'est comme si notre pays avait instauré un jour de congé supplémentaire ! », déplore le Premier ministre dans une interview confiée au JDD. Et cela a de quoi préoccuper le gouvernement, qui prévoit de se pencher plus sérieusement sur ce sinistre dans le cadre de la prochaine négociation sur la santé au travail avec les partenaires sociaux. A cet égard, Matignon a annoncé avoir confié à Jean-Luc Bérard, DRH du groupe industriel Safran, et Stéphane Seiller, magistrat à la Cour des comptes, la tâche de réaliser un diagnostic capable d’expliquer l'augmentation des arrêts maladie et comment améliorer la situation.

Les seniors en première ligne


D'après le rapport Ayming, qui a interrogé environ 1,8 million de salariés, cette hausse brutale du nombre d’arrêts maladie cible en particulier certaines tranches de population. A commencer par les seniors qui, avec un taux de 7,55% chez les plus de 55 ans, souffrent d’arrêts maladie plus longs que leurs cadets. En cause, l’étude constate que, pour près de la moitié, ces absences sont liées à des maladies graves ou chroniques qui s’aggravent avec l’âge. Autre explication : les seniors supportent moins bien que les plus jeunes l’accroissement des facteurs de pénibilité. Et c’est sans compter l’allongement de la durée du travail…

Accumulation des tâches pour les femmes


Les femmes, quant à elles, représenteraient un absentéisme de 5,30 % en 2017, contre 3,54 % pour les hommes. Pour expliquer cette inégalité, le rapport estime que les femmes sont attelées à des postes dont les tâches sont plus pénibles et les risques de TMS sont plus élevés. A cela s’ajoute les obligations quotidiennes hors travail (enfants, courses, ménage, cuisine, repassage…) dont elles s’acquittent souvent plus que leur conjoint. Une situation qui devient encore plus critique lorsqu’il s’agit de s’occuper seule d’un ou de plusieurs enfants… En résultent une extrême fatigue et des facteurs de stress qui affaiblissent la santé et rallongent le temps de guérison.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.