Gérer les risques aujourd'hui et demain

SST : OHSAS 18001 bientôt détrôné par ISO 45001

08-11-2018

Les normes internationales se développent et se renforcent. A l'instar d'ISO 45001, qui remplacera progressivement le référentiel OHSAS 18001. Objectif : dans le sillage de la sécurité au travail, mettre l’accent sur la santé grâce à une démarche collective englobant davantage les travailleurs.

Olivier Graffin, responsable développement durable et RSE
du groupe Afnor. © Agence TCA
Publiée en mars 2018, la norme volontaire ISO 45001 va remplacer OHSAS 18001 (Occupational Health and Safety Assessment Series) en mars 2021. Les entreprises certifiées ont trois ans pour se mettre en conformité avec le nouveau référentiel. Lors du salon Expoprotection 2018, quatre spécialistes du groupe Afnor sont venus présenter les spécificités de cette nouvelle norme ainsi que les premiers retours d’expériences. « C’est dans la prévention que nous allons gagner du terrain grâce à une vision proactive. Dans ce contexte, ISO 45001 est un support d’action fonctionnel et pertinent », estime Olivier Graffin, responsable développement durable et RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) du groupe.

Un processus d’amélioration continue


ISO 45001 indique la méthode de mise en place d'un management de la santé et sécurité au travail (SST). Ce référentiel vise à optimiser la SST pour éviter maladies professionnelles et accidents de travail. La norme vient compléter le système de management QSE (Qualité, sécurité, environnement) déjà représenté par les normes ISO 9001 (qualité) et ISO 14001 (environnement). A l’instar de ces dernières, ISO 45001 est une norme volontaire qui s’adapte à tous les secteurs et à toutes les tailles d’entreprise. Elle se fonde sur ISO OHSAS 18001, en vigueur depuis 2007. Et surtout,  « elle  s'inscrit dans une dynamique d’amélioration continue », explique Ismail Boumbarek, chef de produit SST chez Afnor. En d’autres termes, selon Bertrand Denis, ingénieur sénior chez Afnor : « Qui n’avance pas, recule. »

Les travailleurs au centre d’un dispositif collectif


Une des grandes nouveautés d’ISO 45001 est la volonté de mettre les salariés au cœur de l’évaluation des processus d'entreprise. En effet, la dynamique est portée par une participation effective des travailleurs à l’ensemble de la démarche de SST. Désormais, la direction de l’entreprise doit non seulement s'engager mais également consulter en permanence les salariés afin de mieux comprendre leurs besoins et anticiper leurs attentes. « Les concepteurs de la norme ont insisté, dans plusieurs paragraphes, sur le côté participatif des travailleurs. Alors que OHSAS 18001 parlait seulement de ‘‘coopération’’, à présent, les travailleurs doivent prendre part de manière effective à l'analyse des processus. Et ce à tous les étages », indique Olivier Graffin.

Redéfinir la logique de santé


Bien souvent, les entreprises ont négligé l’aspect santé au profit de la sécurité. Du coup, les concepteurs d’ISO 45001 ont tenu à rééquilibrer la logique de SST en mettant l’accent sur la santé. D’où le nouvel acronyme S&ST (Sécurité et santé au travail). « La santé est aussi importante que la sécurité », insiste Bertrand Denis pour qui, dorénavant, la santé au travail s’appréhende sous trois angles : « Améliorer les performances en matière de santé physique et psychologique mais aussi mentale. » Un volet qui conduit à une autre nouveauté d’ISO 45001 : la qualité de vie au travail (QVT) en tant que levier pour redessiner le paysage de la prévention.

Les retours d’expériences positifs


La norme ISO 45001 étant publiée depuis plus de six mois, quelques entreprises pionnières ont eu le temps d'auditer leurs démarches. A ce stade, les freins au succès de la démarche sont de deux ordres : la non-conformité majeure pour cause d’évaluations des risques incomplètes ou parcellaires. Cela concerne notamment la consultation et la participation des travailleurs qui représentent désormais une exigence fondamentale d’ISO 45001. Viennent ensuite les non-conformités mineures lorsque, par exemple, l’origine d’un problème n’est pas totalement déterminée ou qu’une réaction rapide n’est pas démontrée. ISO 45001 pousse donc les entreprises à être plus rigoureuses. Quant aux points forts, ils résultent du caractère volontariste des entreprises. Selon Mérylle Aubrun, ingénieur développement chez Afnor, « les organisations montrent une réelle envie de s’améliorer. Elles ont compris que la QVT est un véritable enjeu non seulement social mais aussi économique afin de réduire les pertes financières liées à l’absentéisme. » Et Bertrand Denis d'ajouter : « Certaines entreprises vont au-delà de la norme et poussent leur réflexion jusqu’à la notion de bonheur au travail. »

Manon Pietri

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.