Gérer les risques aujourd'hui et demain

Intempéries : la décrue de la Seine amorcée

29-01-2018

Loin d’atteindre le pic de juin 2016, la crue de la Seine et de ses affluents a engendré d’importantes perturbations. La décrue s’annonce très lente.

Images de la crue de la Seine à Paris filmées jeudi 25 janvier
par un drone de la préfecture de Paris. © Préfecture de Paris
Le Zouave du pont d’Alma à Paris ne sera pas submergé. En effet, selon l’organisme de surveillance Vigicrues, la crue a culminé à 5,84 m ce lundi 29 janvier, contre 6,10 m en juin 2016. « C’est une crue très lente, donc on ne peut pas parler de pic. On préfère dire que le plateau a atteint son maximum. Il va perdurer toute la journée de lundi avant d’amorcer une descente mardi », a détaillé à l’Agence France Presse Rachel Puechberty, porte-parole de Vigicrues. Le scenario catastrophe de 1910, où la Seine avait atteint 8,62 m, est à nouveau écarté. Cependant, les questions restent en suspend quant à l’ampleur des dégâts subis en région parisienne. « Il faudra un retour d’expérience », a déclaré Michel Delpuech, le préfet de Paris, lors d’une conférence de presse. En cause : quand et comment les autorisations d’urbanisme ont-elles été données en zones inondables. Sachant que les phénomènes de crue vont se reproduire, le préfet de Paris veut dorénavant les éviter afin de développer une stratégie de prévention.

Elboeuf en ligne de mire


Outre l’immobilisation des péniches le long des quais parisiens, majoritairement recouvert d’eau, sept gares parisiennes du RER C, en bordure de Seine, resteront fermées au moins jusqu’au 5 février. En outre, près de 1.500 personnes en Île-de-France ont été obligées de quitter leur logement, signale la préfecture de police. D’après Enedis, le gestionnaire du réseau électrique, 1.500 foyers seraient privés de courant. En amont de Paris, le niveau de la Marne était encore en légère hausse dimanche après-midi, a souligné Vigicrues. L’onde de crue issue de l’Yonne poursuit sa progression sur la Seine et a dépassé la confluence avec le Loing, près de Fontainebleau. En aval de Paris, sur les boucles de la Seine, la hausse se poursuivra jusqu’en début de semaine, prévoit Vigicrues, à des niveaux supérieurs à ceux de 2016 en raison de l’apport supplémentaire de l’Oise. Une attention particulière sera portée sur le secteur d’Elbeuf, près de Rouen, avec les marées hautes prévues lundi.

Les deux mois les plus pluvieux depuis 1900


Toujours d’après Rachel Puechberty, nous n’assisterons pas tout de suite à une franche décrue et les niveaux vont rester élevés quelques jours. D’autant que l’agence annonce l’arrivée prochaine d’une onde de crue venant de la Marne ainsi que d’averses attendues en milieu de semaine. Au final, il faudra patienter encore  plus d’une semaine pour que les niveaux d’eau redescendent à une hauteur normale pour la saison. Rappelons que ces crues résultent de fortes précipitations sur des sols gorgés d’eau dans différentes régions de France. Les mois de décembre et janvier sont les plus pluvieux depuis le début des relevés en 1900, selon Météo-France. 

Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.