Gérer les risques aujourd'hui et demain

La start-up Sigpau veut optimiser l'intervention des sapeurs-pompiers

01-11-2017

Remarquée sur le salon APS, cette jeune pousse digitalise les plans Incendie à l'entrée des immeubles et les intègre à une cartographie globale. Puis, elle propose d'actualiser les données sur une plate-forme cloud qui propose des tableaux de bord de gestion.

la start-up propose un modèle d'abonnement
pour la gestion incendie. © TCA-innov24
C'est une situation suffisamment rare pour qu'on la souligne : le projet de la start-up rennaise Sigpau embarque non pas une seule femme mais deux ! À savoir sa dirigeante, Emmanuelle Clouet, ingénieure en sécurité civile qui a travaillé en bureaux de contrôle et prévention notamment chez Dekra Industrial et Apave. Et Virginie Massin-Le Goff, consultante en management de l'innovation qui a accompagné plusieurs dizaines de start-up sur le chemin de la croissance.

Des plans Incendie sur tablette pour les sapeurs-pompiers


Créée en juillet dernier, Sigpau a l'ambition de préserver le patrimoine des entreprises et des administrations en optimisant l'intervention des services de secours lors d'incendies. « Nous commençons par numériser les plans de sécurité incendie qui existent à l'entrée des bâtiments, explique Emmanuelle Clouet. Ensuite, nos mettons ces plans digitalisés sur des tablettes numériques que nous donnons aux sapeurs-pompiers. » De cette manière, le Service départemental incendie et secours (SDIS) disposera d'informations précises et concrètes pour préparer son intervention. 
Pour offrir ce service, Sigpau s'appuie sur des technologies éprouvés comme le ArcGIS d'Esri mais aussi sur les fonds cartographiques de l'Institut géographique national (IGN), Garmin, Here, Intermap, IPC (Increment P Corporation)... « Sur ces fonds cartographiques, figurent déjà les bouches à incendie », reprend la dirigeante qui, pour la première fois, avait exposé au village Start-up du salon APS, lequel s'est tenu du 26 au 28 septembre derniers au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. « Lorsqu'ils existent, nous pouvons également récupérer les plans de secours numériques fournis par des sociétés comme Sicli, Desautel ou R2S. »

Préservation du patrimoine version pratique


Troisième étape, Sigpau incrémente et enrichit, le cas échéant, les plans de secours digitalisés, notamment les plans d'évacuation. « Nous rajoutons les coordonnées des personnes responsables à contacter en cas d'incendie, les consignes qui ont été prévues, les zones prioritaires à préserver, les zones Atex ou les espaces de stockage de produits chimiques, précise Emmanuelle Clouet. Nous proposons aussi la gestion des astreintes en fonction du planning des personnes concernées ainsi que la gestion des travaux temporaires [lesquels sont parfois susceptibles de générer des incendies, NDLR]. »

Business Model d'abonnement


Couvée dans l'incubateur Emergys du technopôle de Rennes-Atalante, Sigpau a élaboré une plate-forme cloud sur laquelle les entreprises vont avoir la possibilité de mettre à jour leurs données relatives à la gestion des plans Incendie et plans de secours. Les exploitants de locaux professionnels vont alors payer 20 centimes d'euros par mètre carré et par an. Par ailleurs, les directeurs de la sécurité incendie vont également disposer de tableaux de bord de gestion. Par exemple pour gérer l'entretien, et donc la conformité, des robinets incendie armés (RIA). « Pour accélérer ses ventes, Sigpau va s'appuyer sur des prescripteurs, précise Virginie Massin-Le Goff, comme les sociétés de sécurité incendie ou les assureurs. » 

Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.