Gérer les risques aujourd'hui et demain

Birdz sécurise les poteaux d’incendie

11-09-2018

Ce spécialiste de l'Internet des objets pour l'environnement a mis au point Apilink, un système de mesure connecté. Dotée de capteurs capables de mesurer les volumes d’eau, cette solution vise à prévenir les risques de vandalisme sur les poteaux incendie.

Exemple de dégradation par ouverture inappropriée d'un PI.
© Préfecture des Yvelines
Gaspillages, détournements de l’eau, streetpooling, coups de bélier, dégradation, à-coups hydrauliques, gel… les poteaux incendies (PI) peuvent faire l'objet de nombreuses dégradations. Plus communément appelés bouches ou fontaines d’incendie, ces dispositifs urbains chargés d’alimenter en eau les pompiers en cas d’incendie ont pourtant tout intérêt à être maintenus dans un état irréprochable. D’où l’idée de Birdz d’inventer un système de mesure connecté, baptisé Apilink, destiné à la surveillance et à la gestion de ces installations.

Mesurer les volumes d’eau sortants


Le système, qui se pose en quelques minutes sur le carré de manoeuvre du PI, est doté d’un module radio et de capteurs connectés par radio. Ce qui lui permet d’enregistrer la durée et le niveau d'ouverture du poteau incendie, afin d’en mesurer les volumes d’eau sortants. Débits prolongés, vitesses de fermeture importantes, surpression ou température anormalement basse de l’eau… selon le débit d’eau enregistré, le système génère des informations qui permettent d’identifier la nature des dommages.

Une plateforme intelligente


Pour piloter le tout, le système est connecté à une plateforme de service, LoRaWAN, embarquant des algorithmes capables de calculer et interpréter les données. En cas d’incident, la plateforme envoie une alerte par email ou SMS au gestionnaire du parc de PI.

Des garanties de résistance


Enfin, pour éviter tout risque de vandalisme sur le système de détection lui-même, le fabricant a conçu son module radio selon les tests de résistance du laboratoire du Comité français d’accréditation (Cofrac). Il a également pris soin de plonger au préalable ses capteurs électroniques dans une résine étanche de protection IP 68.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.