Gérer les risques aujourd'hui et demain

Cellumat lance un bloc de béton cellulaire anti-feu

14-11-2017

Utilisé en monomur, ce matériau non-combustible constitue une solution intéressante pour empêcher la propagation d’un incendie dans un immeuble.

Face aux flammes, le matériau ne fond pas, ni ne se déforme.
© Cellumat
Après le traumatisme de l’incendie de la tour Grenfeel à Londres qui a fait 80 morts, et dont la propagation de l’incendie était due à l’isolant de façade dans des panneaux de bardage, le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) a entrepris d’effectuer un nouveau rapport sur la réglementation incendie. Dans la foulée, le spécialiste en béton cellulaire, Cellumat, a conçu des blocs de béton cellulaire non-combustibles. Objectif : faire de ce matériau de construction une barrière anti-feu en cas d’incendie.

Des failles liées à la réglementation thermique

Si la France fait partie des pays où les normes contre le feu comptent parmi les plus exigeantes, le CSTB a néanmoins mis en lumière des failles liées aux différentes réglementations thermiques successives et aux pratiques constructives qui en découlent. Parmi lesquelles des couches d’isolants trop épaisses, un renforcement de l’étanchéité à l’air ou encore l’utilisation de matériaux combustibles dans les structures. Ce qui augmente dangereusement les risques de propagation d’un incendie. D’où l’alternative que constituent les blocs de béton cellulaire qui, utilisés en monomur, pourraient constituer une barrière anti-feu efficace.

Un matériau non-combustible

Incombustible, le matériau de Cellumat fait partie de la classe européenne A1 “matériaux non-combustibles”. Ce qui signifie qu’en cas d’incendie, le matériau ne fond pas, ni ne se déforme. Il conserve sa résistance mécanique, ses qualités d’étanchéité aux flammes et son isolation thermique. Pour ce faire, le matériau se constitue de structures en cellules fermées capables de limiter l’extension d’un incendie et l’élévation de la température. Ininflammable, le matériau limite donc également les risques de fumées toxiques à l’origine de près de 75% des décès en cas d’incendie.

Eviter les solutions multi-matériaux

Face à la propagation des flammes, le CSTB pointe du doigt les structures constituées de trop nombreux matériaux tels que le bois. À l'inverse, le matériau de Cellumat possède des propriétés thermiques qui l’autorisent à se dresser en monomur. Et donc, sans avoir à intégrer un isolant rapporté, souvent source de propagation des flammes. 

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.