Gérer les risques aujourd'hui et demain

Jacques Roujanski (CICS) : « La sécurité doit devenir plus accessible »

29-08-2017

Interview du délégué général du Conseil des industriels de la confiance et de la sécurité (CICS) qui représente la majorité des industries de la sécurité, soit un marché de près de 21 milliards d'euros. Dans le cadre du Salon APS 2017 (26-28 septembre, porte de Versailles, Paris), il retrace les missions du CICS, ses objectifs et ses avancées les plus remarquables.

Jacques Roujansky est délégué général du CICS.
© D.R.
Pouvez-vous nous rappeler quelles sont les missions du CICS ?

Créée en 2013, le Conseil des industriels de la confiance et de la sécurité (CICS) est une association dont les membres sont essentiellement des syndicats ou des groupements d'entreprises concernés par la sécurité. Dans les années précédentes, nombre d'industriels constataient que le domaine de la sécurité et de ses technologies était dispersé. Dans le livre blanc de 2013 sur la sécurité et la défense nationale, il avait été proposé de créer une filière des entreprises de la sécurité. Donc en 2013, le Comité de la filière industrielle de sécurité (CoFIS) a été crée, présidé par le premier ministre en collaboration avec huit ministères, de grands utilisateurs, des pôles de compétitivité et d'autres institutions. Quant au CICS, il a été créé simultanément pour représenter toute l'industrie de la sécurité dans le CoFIS. Résultat, cette industrie parle d'une même voix à l'État au sein du CoFIS. 

C'est une curieuse construction. Y a-t-il d'autres exemples de ce genre dans le monde ? 

Il est vrai que cette construction est plus ou moins originale. Les Britanniques l'avaient déjà mise en place avant nous sous une forme un peu différente. Malgré tout, cette démarche reste exemplaire même si elle n'est pas encore répandue dans l'Union européenne (UE). Ajoutons que la Commission européenne apprécie cette façon de s'organiser. L'intérêt, c'est de dialoguer sur un grand nombre de sujets de sécurité : les besoins, le soutien à l'innovation, la technologie (dont les technologies de souveraineté), l'export, la structuration de la base industrielle, la normalisation... Cela faisait très longtemps que le dialogue stratégique sur ces questions était attendu. Bien sûr, il y a encore du pain sur la planche pour que la filière soit développée et sa mécanique huilée. Et aussi pour que les objectifs fixés soient atteints.

Quels sont ces objectifs ?

Tout d'abord, il s'agit de défragmenter et structurer le secteur. Par exemple, les PME pourraient se regrouper afin d'être plus efficaces. Second objectif : apporter des réponses nationales aux besoins français. Enfin, il convient de mettre l'accent sur le développement économique de la filière et sur sa performance à l'exportation. Il faut savoir que le CICS représente l'essentiel de l'industrie de la sécurité qui pèse près 21 milliards, soit 80% à 90% du chiffre d'affaires consolidé du secteur. Toutes les grandes entreprises de la sécurité sont dans le CICS qui représente également une majorité de PME. Les entreprises n'adhèrent pas en direct mais au travers d'un groupement comme le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), le Groupement des industries françaises de construction et activités navales (Gican), le Groupement des industries françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (Gicat), la Fédération de l’industrie électrique, électronique et de communication (FIEEC), la Fédération française des métiers de l'incendie (FFMI), l'USP Technologies (Union des entreprises de sécurité privée-Technologies), l'Association nationale de la vidéoprotection (AN2V). D'autres groupements sont en discussion pour nous rejoindre comme le Groupement professionnel des métiers de la sécurité électronique (GPMSE) et le SVDI (sûreté, vidéoprotection, détection incendie). Les acteurs de la sécurité privée n'y sont pas. Cependant, la filière pourrait s'élargir mais c'est encore informel. En attendant, des acteurs comme l'USP, l'Alliance nationale des activités privées de sécurité (Anaps) ou encore le Syndicat national des entreprises de sécurité (Snes) sont déjà des partenaires.

Quelles ont été les avancées les plus remarquables du CICS ?

Tout d'abord, il y a le volet ''sécurité numérique'' avec un partenariat public/privé au niveau européen entre l'association European Cyber Security Organisation (ECSO) et la Commission européenne qui vise à préparer la souveraineté numérique européenne (certification, industrie...). C'est un premier succès qui est arrivé mi 2016. Ensuite, nous sommes en train d'identifier toutes les technologies critiques de sécurité afin de soutenir cette industrie. Si une technologie critique est tenue par une entreprise fragile, on peut assurer son soutien au travers d'un partenariat avec un grand groupe, lui assurer un flux de commandes... Il y a de nombreuses mesures possibles à prendre. Enfin, nous essayons d'éviter que l'entreprise en question ne se fasse pas racheter par des sociétés étrangères. Sur ce terrain, nous voulons être plus mordants que par le passé afin de mieux protéger les entreprises françaises en mobilisant davantage le tissus du CICS ainsi que les moyens de l’État. À côté de cela, nous menons une politique de projets et de démonstrateurs technologiques. De nombreux projets sont en train de sortir. En 2015-2016, citons un projet sur la vidéo intelligente (VOIE), un autre sur la radio professionnelle de nouvelle génération, un projet de plate-forme d'expérimentation de la cybersécurité des réseaux (EIC-CHESS). Nous élaborons un document de politique industrielle qui va bientôt être validé par les industriels et l'État et orientera l'action publique/privée de la filière.

Avez-vous positionné la filière dans la Programme d'investissements d'avenir (PIA) ?

Oui. Nous avons aussi lancé un appel à projets (AAP) dans le cadre du second Programme d'investissements d'avenir (PIA 2) à l'automne. 2016 qui, aujourd'hui, débouche sur plusieurs démonstrateurs. Notamment en ce qui concerne la Safe City (ville intelligente sécurisée), les nouvelles formes d'identité numériques et la cybersécurité des systèmes industriels. Nous préparons maintenant les thèmes sécurité qui seront mis en œuvre dans le cadre du PIA3 à l’horizon 2018. Par ailleurs, avec le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), nous travaillons à la mise sur pied d'une aide aux opérateurs de sites afin de mieux comprendre comment implémenter les systèmes de sécurité dont ils ont besoin. Il s'agit d'une méthodologie qui montrera la voie à des professionnels qui ne sont pas habitués à gérer la sécurité. L'idée, c'est de rendre la sécurité plus accessible. 

Sur le salon APS, de quelle sorte d'innovation allez-vous parler ?

Nous allons animer une conférence avec différents membres du CICS (Thalès, Egidium Technologiesn Deveryware et l'AN2V) pour faire découvrir l'offre de sécurité urbaine, de vidéoprotection intelligente, de Big Data, d'agents de sécurité augmenté, de réseaux sociaux et de cybersécurité pour les Smart Cities. Ensuite, à l'instar des industries de défense ou d'aéronautique, nous allons promouvoir la filière des industries de sécurité, montrer nos actions. Notamment avec l'action structurante en matière de Safe City. 

Avez-vous le sentiment que, dans la société française, la sécurité acquiert une image moins négative ?

Tout à fait. Par exemple, en matière de ville intelligence, la sécurité devient synonyme de tranquillité urbaine, de confort. Autrefois, la sécurité urbaine était considérée comme une charge, un coût. Aujourd'hui, elle apparaît de plus en plus comme un facteur d'attractivité des territoires, un investissement. De même, la sécurité s'oriente vers le haut de gamme : l'interconnexion des flux de vidéosurveillance et autres informations vers des lacs de données (Data Lakes) qui passeront à la moulinette de l'intelligence artificielle. 

Comment concilier la gestion de la filière des industries de sécurité et les droits des citoyens ?

Sécurité et liberté sont compatibles : il faut, pour cela, concevoir des systèmes qui respectent les droits des citoyens. Par exemple, avec un système de vidéosurveillance intelligent, si on a le visage d'un suspect, on peut trouver tous les endroits par lesquels il est passé, les personnes à qui il a parlé... Le tout sans jamais demander comment il s'appelle. Cela signifie qu'on peut faire énormément de choses en respectant les exigences de la Commission nationale Informatique et Libertés (CNIL). Ensuite, on peut aussi développer des technologies  de recherche anonymisée. Bref, il s'agit de séparer les données réelles de l'exploitation. 

Propos recueillis par Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.