Gérer les risques aujourd'hui et demain

SQVT : une norme architecturale pour garantir le bien-être

29-04-2019

Baptisée Well Building Standard, cette certification a été créée par un cabinet américain de design en partenariat avec la fédération hospitalo-universitaire de recherche américaine Mayo Clinic. Cette certification vise à attester les propriétés thérapeutiques d’un bâtiment selon ses qualités architecturales afin d’encourager bien-être, productivité, et performances professionnelles.

Entre matières naturelles et formes apaisantes, on apprécie le EY Centre de l'entreprise foncière australienne Mirvac, qui a décroché la précieuse certification.
© International Well Building Institute
Il est bien connu qu’il vaut mieux travailler devant un beau paysage que face à un mur de béton, que les murs rouges fatiguent la vision et tapent sur les nerfs, ou encore qu’aucune lampe ne peut égaler la lumière naturelle… Ces idées, qui relèvent du bon sens, démontrent pourtant toute l’influence de l’environnement sur notre bien-être, et nos performances professionnelles. De la divine proportion au Feng Shui, architectes, artistes philosophes et designers en sont conscients depuis la nuit des temps. Il en va de même pour la fédération hospitalo-universitaire de recherche américaine Mayo Clinic et l’entreprise new-yorkaise de design et technologie Delos, qui ont eu l’idée d’inventer une certification de bâtiment, Well Building Standard, afin d'attester les bâtiments dont les normes ciblent le bien-être.

700 m² consacrés à la recherche


Tout commence en 2015, lorsque les deux partenaires décident de créer un laboratoire de 700 m² à Rochester dans le Minnesota (États-Unis) pour se consacrer à l’étude de l’architecture sur la santé des hommes. Parmi les enjeux principaux de ce laboratoire baptisé Well Living Lab (ou laboratoire du bien-être),les formes, les volumes, les couleurs et les agencements sens imaginés pour encourager le bien-être, notamment des employés de bureau.

Un bracelet doté de nombreux capteurs


Pour s’assurer de l’impact de ces dispositifs sur la productivité, la performance professionnelle et le bien-être, les chercheurs ont mis au point un bracelet biométrique qui mesure et enregistre ces effets. Il corrèle en fait des données sur la lumière, la température, la pression atmosphérique et l’humidité avec la fréquence cardiaque et la conductance électrique de la peau, qui représentent les signaux principaux du taux de stress.

26 projets en cours en France

C’est grâce à ce dispositif que les deux entreprises peuvent tester la qualité architecturale des bâtiments candidats pour décrocher leur norme. « L’adhésion est mondiale. 370 projets sont inscrits dans le processus de certification dans 28 pays. En France, on compte 26 projets en cours de certification Well Building Standard - comme Sanofi Carteret et la pré-certifiée tour Duo - faisant de la France le 4e pays au monde en nombre de projets en cours de certification », confie à UP Magazine l’architecte Maria A. El Helou.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.