Gérer les risques aujourd'hui et demain

50.000 incendies auraient lieu chaque année à cause d'installations électriques défaillantes

28-03-2017

Alors que les propriétaires seront obligés de fournir un diagnostic de leur installation électrique à tout nouveau locataire à partir du 1er juillet 2017, deux tiers des logements français, dont l'installation électrique a plus de 15 ans, ne respectent toujours pas la réglementation.

L'Observatoire national de sécurité électrique (ONSE) vient de faire un constat alarmant : deux tiers des logements français dont l'installation électrique a plus de 15 ans ne respecteraient pas au moins un des six points de sécurité réglementaire (prise de terre défectueuse, mauvaise liaison équipotentielle, équipements vétustes...). Réalisée avec le Groupe de réflexion sur la sécurité électrique dans le logement (Gresel) l'étude a recueilli et comparé des données issues de nombreux acteurs : les sapeurs-pompiers, les techniciens spécialistes, les associations de consommateurs, les sociétés d'assurance, les  industriels ou encore le ministère du Logement. Ce qui a également été l'occasion de rappeler la future obligation pour les propriétaires bailleurs de délivrer un diagnostic de leur installation électrique à tout nouveau locataire à partir du 1er juillet 2017.

Le bilan meurtrier des incendies de source électrique

Alors que 200.000 logements prennent feu chaque année en France, un quart de ces incendies sont d'origine électrique. Soit une perte financière d'un milliard d'euros chaque année selon l'Observatoire. Parmi eux, 61% sont liés aux équipements électriques (radiateurs, lave-linges, micro-ondes, lampes...), 36% aux installations fixes ou mobiles (prises, multiprises...) et les 3% restants aux installations des parties communes. A cela, s'ajoutent de nombreux dommages électriques (400.000 par an) qui sont dus à la foudre, la surtension, la surintensité, l’échauffement, la défaillance d’un composant ou un défaut électrique. Ajoutons que ces incendies et accidents électriques engagent également de lourdes pertes sur le plan humain puisque l'on compte 300 décès chaque année sur les lieux d'un incendie ainsi que 15.600 blessés. De même, 40 personnes ont été victimes d'électrocution soit une électrisation mortelle, chaque année, mais aussi 300 victimes d'électrisation, c'est-à-dire du passage d'un courant électrique dans le corps, provoquant des blessures pouvant s'avérer graves. « Grâce à la réglementation, le nombre des électrocutions a été divisé par 5 en 41 ans mais le nombre de victimes reste inacceptable : une simple mise en sécurité pourrait éviter ces accidents dramatiques », déplore Françoise Thiébault, secrétaire générale des Associations familiales laïques de Paris et membre du Gresel.

Deux tiers des installations électriques de plus de 15 ans sont défectueuses

Si le diagnostic électrique est déjà obligatoire depuis 2009 pour la vente de logements de plus de 15 ans, toujours est-il que que selon l'Observatoire, deux tiers de ces logements ne respectent toujours pas au moins un des six points de sécurité réglementaire. Et ce, à cause d'une prise de terre défectueuse dans 80% des cas, une mauvaise liaison équipotentielle et d'un manque de sécurité dans les salles d'eau (60%). Mais aussi à cause de risques de contact direct entre l'installation électrique et des éléments sous tension (60%). Sans compter que la moitié des installations sont toujours vétustes.

Obligation de se conformer à la réglementation


Une négligence grave à laquelle les propriétaires visés devront rapidement remédier au vu de la réglementation à venir, puisqu'à partir du 1er juillet, le diagnostic de l’installation électrique devra être fourni au locataire par le bailleur au moment de la signature du bail. « C’est une nouvelle étape importante vers la mise en sécurité électrique du parc de logements français. Les chiffres de l’Observatoire national de la sécurité électrique montrent que la mise en sécurité électrique permettrait d’éviter des accidents qui sont encore trop nombreux. Les propriétaires bailleurs auront tout intérêt à réaliser des travaux pour les installations défectueuses ou obsolètes », estiment les membres du Gresel.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.