Gérer les risques aujourd'hui et demain

L'innovation se met au service du bien-être au travail

06-03-2017

Les éditeurs de Serious Games et d'applications RH rivalisent d'imagination pour aider les employeurs à libérer leurs salariés des souffrances au travail. A l'instar de cette application qui, le soir, affranchit les employés de la laisse électronique. Citons aussi ce bouton SOS qui transmet des messages d'alerte au DRH ou au directeur de l'entreprise en cas de burn-out ou ce Serious Game conçu dans le but d'épauler les managers de proximité confrontés à des problèmes RH.

Notification récurrente ou ponctuelle,
passée une certaine heure, application
de blocage... le smartphone n'est plus
une laisse électronique. © Calldoor
Burn-out, dépressions, absentéisme, troubles musculo-squelettiques... Autant de signes qui peuvent témoigner d'un problème organisationnel en entreprise, d'une souffrance au travail due à un manque d'intégration ou à d'un harcèlement. Pour aider les employeurs à prévenir ces maux ou à les résoudre, les startups multiplient les innovations. A l'instar de Zestmeup qui permet aux employés d'alerter le DRH ou le directeur de l'entreprise en cas de harcèlement. Citons aussi Tell Me The Truffe qui encourage les salariés à libérer leur parole sur des sujets tabous, ou encore Wellogy qui délivre des exercices pour combattre l'anxiété. Sans oublier Calldoor qui aide les salariés à s'affranchir des mails, appels et SMS qui leurs sont expédiés le soir, au risque de perturber leur nuit. 

Une application pour se débarrasser de la laisse électronique le soir 

Pour obliger les employeurs à respecter les temps de repos et de congés de leurs salariés, rappelons que, depuis le début de l'année, les entreprises de plus de 50 personnes doivent mettre en place des instruments de régulation de l’outil numérique. L'enjeu étant de libérer les salariés de leur laisse électronique, autrement dit du smartphone ou du laptop professionnels. C'est d'ailleurs ce que propose la startup Calldoor avec deux applications à télécharger sur les smartphones Android ou iPhone des salariés.  La première est axée sur la notification récurrente ou ponctuelle. Passé une certaine heure, l'application rappelle aux salariés que c'est l'heure de se déconnecter du téléphone professionnel. « Le gestionnaire peut toutefois paramétrer différents profils en fonction des postes occupés », indique Edouard Mongrand, fondateur et directeur d'ED2. L'entreprise créée en novembre 2015 à Bidart (Pyrénées-Atlantique) commercialise également sous la marque Calldoor une application de blocage. Egalement disponible sur abonnement mensuel, elle interdit cette fois-ci de passer ou de recevoir des appels, SMS ou des Emails. En contre-partie, l'émetteur reçoit un message vocal ou écrit qui lui indique que son destinataire est déconnecté en vertu de la loi. De quoi faire boule de neige dans les autres organisations. « Le blocage des fonctions est une véritable innovation », revendique Edouard Mongrand qui a bénéficié d'aides financières pour un montant de 200.000 euros. En phase de tests chez des clients, l'entreprise cherche à réaliser une nouvelle levée de fonds pour accompagner son développement commercial.


Le salarié peut partager son humeur
du jour avec ses collègues.
© Zestmeup
Un bouton d'alerte SOS pour se libérer d'un mal être au travail

Mettre le salarié au coeur de leur mutation numérique, c'est désormais ce à quoi tendent les entreprises. Un besoin bien compris par Zestmeup, une startup parisienne d'une dizaine de personnes créée en 2015. « Nous avons développé une application disponible en mode SaaS [location à la demande sur Internet, NDLR] qui a pour ambition de prendre la température des salariés au travail de manière à mieux les écouter et remonter les points de difficultés et de friction,  de sorte à les réengager dans la réussite de l'entreprise », résume Christophe Bergeon, le président de l'entreprise qui compte plus d'une trentaine de clients dont la moitié sont de grands comptes. Entre autres, BPCE, Bouygues Construction, LVMH, Van Cleff & Arpels. Sans oublier le Groupe Paris Aéroport (ex ADP). En pleine transformation numérique, ce dernier a retenu la solution de Zestmeup à l'issue d'un challenge Innovation RH qui récompense les solutions RH innovantes. En utilisant l'application de Zestmeup, les managers prennent la température auprès de leur équipe en leur demandant un retour noté de 1 à 5 du type « Comment te sens-tu ? » ou sur des sujets particuliers. Les réponses sont restituées sous forme de courbes ou de graphismes d'humeur. Quant aux salariés, ils peuvent non seulement partager leur humeur à l'aide de photos et de vidéos mais aussi remonter leurs idées soit de manière spontanée soit à la demande de leur manager.

Par ailleurs, en cas de mal être au travail, burn-out ou harcèlement, il leur suffit d'appuyer sur le bouton SOS pour prévenir la DRH, le directeur général ou la plate-forme de soutien psychologique, en fonction des dispositions préalablement prises par l'entreprise. Dans une prochaine étape, Zestmeup prévoit d'ajouter à sa solution de l'intelligence artificielle de sorte à donner des tendances et suggérer des actions. La mesure de l'humeur des salariés en temps réel est une question cruciale pour les entreprises qui ont du mal à anticiper le manque de motivation de leurs effectifs. Un constat également établi par l'éditeur Wellogy qui fournit un baromètre de l'humeur des salariés en temps réel. Grâce à cet outil, les DRH disposent de données objectives et alimentées également de manière anonyme par l'ensemble des salariés. Wellogy utilise à ce titre un processus validé par la Commission nationale Informatique et Libertés (Cnil) et par un cabinet international spécialisé en droit du travail. En cas de situation de stress ou d'anxiété, les salariés disposent sur leur smartphone d'un compagnon qui les aide à contrôler leurs émotions par des exercices qu'ont élaborés des experts en ressources humaines, sophrologie et médecine du travail. A chaque lancement de l'application, le salarié doit toutefois renseigner son humeur. 



Pour accompagner le programme « Quel Collègue
êtes-vous ? », des animations peuvent être
organisées. © Tell Me The Truffe
Aider les employés à se libérer de leurs préjugés

Le manque d'intégration au travail peut aussi être facteur de souffrance. D'où l'intérêt d'amener les salariés à se libérer de leurs préjugés en les encourageant à s'exprimer sur des thèmes sensibles, comme le propose le français Tell Me The Truffe. Cette entreprise de communication s'est spécialisée dans les sujets de la diversité et du handicap en entreprise. Avec des partenaires, elle a développé un format hybride associant le e-learning, les sondages d’entreprise et les tests de personnalité sur les réseaux sociaux.  Intitulé « Quel collègue êtes-Vous ? », ce dispositif encourage les employés à s'exprimer sur des thématiques encore souvent tabou dans les conversations courantes en entreprise, comme le handicap, l'égalité homme-femme, l'orientation sexuelle ou encore la pratique religieuse. Directement inspiré des tests de personnalité sur les réseaux sociaux, le programme implique le salarié dans un questionnaire qui parle de lui et de ses comportements face à des situations type. Par exemple, quel comportement adoptez-vous face à un malentendant. A charge pour le salarié de cocher une des trois solutions proposées. A la fin du questionnaire, le salarié reçoit son profil qu'il pourra partager ou non avec ses collègues. 

« Nous proposerons le 8 mars prochain, lors de la journée des droits des femmes, un nouveau module dédié à l'égalité professionnelle et d'ici fin mars, nous en lancerons un autre sur l'orientation sexuelle », annonce David Herz, cofondateur de l'entreprise avec Eli Sic-Sic. Grâce à leur programme développé avec des partenaires dont DFD, un cabinet d’accompagnement en ressources humaines, ces derniers espèrent favoriser le bien-être au travail et aider à diminuer le taux d'absentéisme. Une dizaine d'entreprises ont adopté ce dispositif. Parmi lesquelles le distributeur Monoprix, l'assureur Axa ou encore Akka Technologies, un groupe d'ingénierie et de conseil.

La question du handicap au travail mobilise bien sûr d'autres acteurs. A commencer par l'éditeur d'applications interactives Furet Company avec « Diversity'Scan ». Selon l'éditeur qui a noué un partenariat avec Accordia, un cabinet de conseil spécialisé dans l'accompagnement des politiques de diversité, il s'agirait de la 1ère application mobile en réalité augmentée pour sensibiliser aux enjeux du handicap et de la diversité en entreprise. Elle se compose d’une application mobile et d’un lot d’affiches, à positionner dans les lieux de vie de l’entreprise (machine à café, salle de pause…). Il suffit d'approcher son smartphone pour voir apparaître sur son écran des saynettes traitant du handicap, de l'égalité professionnelle ou de la mixité. 

Des réponses concrètes pour aider les managers de proximité à se dépêtrer des problèmes RH

En matière d'accompagnement RH, les managers de proximité sont souvent considérés comme les parents pauvres car ils sont plus souvent formés à produire des reportings qu'à faire face à des situations RH. C'est du moins ce qu'invoque Learning Concept, un éditeur de Serious Games. Ce dernier propose le programme « Améliorer vos réflexes de manager ». Constitué de modules de 10 minutes maximum, il fournit des réponses concrètes et adaptées aux problématiques de terrain sur le principe « à chaque situation, sa réponse ». Par ailleurs, Learning Concept donne accès à sa base de bonnes pratiques managériales disponibles en tout lieu et à toute heure. Parmi les thématiques traitées, citons « Comment recadrer son équipe sur les retards», « Comment dire à son collègue qu’il sent mauvais », etc. Ce programme vise à soutenir les managers de proximité dans leur quotidien et à les faire monter en compétences avec des solutions ludiques et virtuelles à découvrir sur le salon Solutions RH qui se tiendra à Paris du 21 au 23 mars prochain.

Eliane Kan

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (1)

  • 2nd degré

    07.03.2017 | 08:45

    "'appuyer sur le bouton SOS pour prévenir la DRH"
    mais à quoi sert ce bouton si justement c'est l’immobilisme de la gestion qui est en cause ?
    si c'est la politique de management qui cause ces rps ?

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.