Gérer les risques aujourd'hui et demain

Keopass, le passe-partout biométrique

05-03-2019

Les mots de passe complexes sont souvent un véritable casse-tête à retenir. Et si l’on imaginait qu’ils soient mémorisés dans un petit boîtier USB, qui ne s’activerait qu’avec nos empreintes digitales ?

Pour s'identifier, il suffit de passer le doigt sur le lecteur
d'empreintes digitales qui génère alors un mot de passe complexe.
© Keopass
L’idée est simple : une clé qui s’active grâce aux empreintes digitales se charge de générer des mots de passe complexes à notre place. Cette trouvaille à deux niveaux de sécurité pour chaque authentification nous vient d’un inventeur breton, Hervé Le Dévéhat, dont les innovations sont connues pour leur ingénuité et leur sobriété. Né dans son laboratoire d’idées à Baden dans le Morbihan (56), ce petit boîtier baptisé Keopass a été conçu pour réduire les contraintes liées à l’utilisation de mots de passe trop complexes pour être retenus de tête. Vient ensuite s'ajouter une étape de sécurité biométrique.

Un dispositif à deux niveaux de sécurité

Compatible avec tous les appareils électroniques du marché (smartphone, ordinateur portable, tablette, etc.), le dispositif, qui a tout d'un bip de voiture, est en fait un véritable concentré de technologies. Il contient un lecteur d’empreintes digitales dans lequel les données biométriques de l’utilisateur ont été enregistrées au préalable via une interface web. Ensuite, un algorithme se charge pour chaque doigt, de générer des mots de passe aussi alambiqués que possible et, bien sûr, de les mémoriser. Une fois connecté à un appareil, via un port USB, le dispositif est capable de s’identifier à n’importe quel portail web. Pour y pénétrer, il suffit de poser son doigt dans le lecteur. Autre avantage : contrairement à la clé de Google, Keopass ne passe par aucune application externe. Grâce à ce circuit fermé, impossible de cracker les mots de passe !

Une innovation remarquée au CES

Si ce passe-partout biométrique n’est pas encore commercialisé, il intéresse déjà de nombreux distributeurs issus d’horizons divers. Et pour cause, son champ d’application est aussi vaste qu’il y a de situations nécessitant des mots de passe complexes. Pour l’heure, le dispositif a déjà attiré certains regards, à commencer par le spécialiste de la transformation numérique Niji, qui l’a classé dans le top 5 des innovations du dernier CES de Las Vegas. « Quelques investisseurs ainsi qu’Apple, Microsoft et Google sont venus discuter avec intérêt », a confié l’inventeur morbihannais à notre confrère « Le Télégramme ». L’idée pourrait, en outre, intéresser les acteurs de la cybersécurité, préoccupés par les erreurs humaines susceptibles de fragiliser leurs infrastructures informatiques.

Plus concrètement, le boîtier est déjà en phase de test au sein de la SNCF auprès de techniciens de maintenance à bord des trains. « Ils peuvent rapidement s’authentifier en arrivant à leur poste de travail et envoyer en toute tranquillité leurs rapports », explique l'innovateur.

De nombreuses inventions au compteur

Hervé Le Dévéhat n’en est pas à son coup d'essai : après s’être bâti de solides bases en électronique et en informatique, l’ingénieur a tenté l’aventure américaine dans la Silicon Valley. Dans ce temple de l’innovation, il a rejoint Apple et, selon « Le Télégramme », a contribué au développement du MP3 et de l’iPod. A son retour en France, la tête foisonnant d’idées, il a créé le Sonolis, dispositif que l’on trouve dans les médiathèques pour écouter des documents audio. Dans la même veine, il a inventé le Sonoguide, un médiateur virtuel à bord des bateaux de croisière qui permet de faire la visite en diffusant des commentaires sur les smartphones via une boxe WiFi.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.