Gérer les risques aujourd'hui et demain

Les TMS dans la ligne de mire des exosquelettes d'Airbus Helicopters

18-04-2019

L’équipementier a choisi Shiva Exo, le premier modèle d’exosquelette élaboré par la start-up tricolore ErgoSanté, pour ses capacités multifonctionnelles, sa légèreté et sa robustesse.

Entièrement mécanique, cet exosquelette a été conçu pour soulager
les parties hautes du corps, en déplaçant le poids sur les hanches
durant le port de charges lourdes. © ErgoSanté
Après la SNCF, c’est au tour du constructeur Airbus Helicopters - qui avait suivi le projet depuis ses balbutiements, de se laisser tenter par l’exosquelette de la startup marignanaise ErgoSanté. Au nom évocateur de Shiva Exo, ce dispositif a été conçu pour soulager les opérateurs industriels dans leurs activités physiques et réduire le risque de troubles musculosquelettiques (TMS).

Soulager les parties du corps trop sollicitées

Il s’agit d’un exosquelette passif, c’est-à-dire que le dispositif fonctionne mécaniquement, sans batterie ni moteur. Fruit de trois années de recherche et développement, il a été pensé pour prévenir les traumatismes de l’épaule, du dos et du coude qui résultent du port de charges lourdes bras levés. Pour atténuer les effets sur ces parties du corps, l’appareil redirige le poids et les contraintes mécaniques sur les hanches, plus robustes, à la manière des porte-bébés Manduca.

Des matériaux composites pour diminuer la pénibilité

A l’origine, Shiva Exo est né d'un partenariat d'innovation à hauteur d’un million d’euros avec la SNCF deux ans auparavant. Mélange d’impression 3D et d’usinage, le modèle se constitue à 90% de matériaux composites qui en font un dispositif léger à porter. Dès le départ, le projet retient l’attention d’Airbus, également basé à Marignane, dans le Gard (30). Aujourd’hui, concepteur d’hélicoptère, le constructeur vient de passer une première commande à la startup de l’économie sociale et solidaire. Après une phase de test, le partenariat devrait déboucher sur une commande plus volumineuse. Pour rappel, le marché des exosquelettes devrait atteindre 2,8 milliards de dollars à l'horizon 2023.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.