Gérer les risques aujourd'hui et demain

Dräger dévoile un appareil de protection respiratoire adapté aux zones explosives

06-07-2018

Ce système filtrant de ventilation assistée a été conçu pour minimiser le risque d’explosion grâce à des matériaux homologués Atex, des composants électroniques enrobés et une protection de surintensité de la batterie.

Un système de gestion intelligent indique l'état de la batterie
ainsi que le niveau de saturation du filtre. © Dräger
Sites industriels pétrochimiques, ateliers de broyage, garages automobiles, incinérateurs de déchets, scieries, hauts-fourneaux de métallurgie… les lieux à atmosphère potentiellement explosive réclament non seulement une protection respiratoire adaptée mais aussi des équipements homologués contre le risque explosif. A cet égard, Dräger vient d’ajouter à sa gamme X-plore 8000 un nouveau système filtrant à ventilation assistée, baptisé X-plore 8700 (EX), certifié Atmosphère Explosive (Atex) et adapté aux zones 1, 2, 21 et 22.

Un niveau de surveillance accru


Pour décrocher cette certification, le fabricant d’équipements de protection s’est assuré que tous les matériaux qui composent le système soient homologués. Quant aux éléments électroniques, tels que la batterie, ils bénéficient d’une surveillance de leur surintensité ainsi que de la charge électrostatique. De même, les composants électroniques sont enrobés et les circuits électroniques redondants. Enfin, les entrées d’air ont été conçues de sorte qu’aucune étincelle ou particule d’eau ne soit pompée par le filtre. Côté confort d’utilisation, le système fournit une protection fiable qui n’entrave pas les gestes de l’opérateur. D'ailleurs, le modèle est doté d’un coussinet de confort et d'un connecteur de tuyau qui se clipse facilement.

Un système intelligent


Afin d’éviter tout risque lié à une erreur d’utilisation, le modèle est équipé d’un capteur optique qui lance une alerte lorsque le filtre a été oublié. En outre, le dispositif surveille le taux de saturation du filtre anti-particule et en informe l’utilisateur grâce à des alarmes visuelles, sonores et vibratoires. Le système est également capable d’informer l’opérateur de l’état de sa batterie, si le flux d’air est obstrué ou encore si le filtre est endommagé. Enfin, cette unité est aussi chargée d’identifier le type de pièce faciale connectée (demi-masque, masque complet, cagoule, écran de protection) afin de choisir le débit minimal adéquat.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.