Gérer les risques aujourd'hui et demain

Emmanuel Macron lance « l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace »

14-11-2018

A l’occasion de la réunion à l’Unesco du Forum sur la Gouvernance de l’Internet (FGI), le président de la République a lancé ce 12 novembre « l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace ». Une déclaration qui vise à élaborer des principes communs de sécurisation du cyberespace.

Emmanuel Macron estime que les États doivent agir de concert,
mais aussi en collaboration avec les sociétés privées.
© Présidence de la République
A l’occasion du treizième Forum sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) à l’Unesco ce 12 novembre, le président de la République française, Emmanuel Macron, a lancé « l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace ». Cette déclaration de haut niveau plaide en faveur de l’élaboration de principes communs de sécurisation du cyberespace. Elle a déjà reçu l’appui de plusieurs centaines de signataires de la part, non seulement d’États, mais aussi d’entreprises privées et d’organisations de la société civile.

Pour un Internet ouvert, sûr, stable, accessible et pacifique

En marge des célébrations du centenaire de la Guerre de 1914-1918, Emmanuel Macron a tenu à réaffirmer son « soutien à un cyberespace ouvert, sûr, stable, accessible et pacifique, devenu partie intégrante de la vie sous tous ses aspects sociaux, économiques, culturels et politiques. » Il réaffirme également « que le droit international, dont la Charte des Nations Unies dans son intégralité, le droit international humanitaire et le droit international coutumier, s’applique à l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) par les États. »

Réagir ensemble à de nouvelles menaces

« Le cyberespace, toujours plus au centre de nos existences, est donc un lieu d’opportunités mais aussi de nouvelles menaces. Le développement de la cybercriminalité et d’activités malicieuses peuvent aussi bien mettre en danger nos données privées que certaines infrastructures vitales, reprend le président de la République. Afin de faire respecter les droits des personnes et les protéger en ligne comme ils le font dans le monde physique, les États doivent agir de concert, mais également s’associer à des partenaires du secteur privé, du monde de la recherche ou encore de la société civile. »

Les termes de l’engagement

En espérant que les signataires de l’Appel de Paris s’engagent plus vigoureusement que ceux de la COP21 pour l’environnement, les parties prenantes sont donc invitées à travailler « ensemble en vue d’accroître la prévention et la résilience face aux activités malicieuses en ligne ; […] de coopérer afin de prévenir les interférences aux processus électoraux ; de travailler ensemble contre les violations de la propriété intellectuelle par voie cyber ; de prévenir la prolifération des programmes et techniques cyber malicieux ; d’accroître la sécurité des produits et services numériques ainsi que la "cyber-hygiène" de tous ; de prendre des mesures contre le cyber-mercenariat et les actions offensives des acteurs non-étatiques ; de travailler ensemble pour renforcer les normes internationales pertinentes. »

Une approche collective de la cybersécurité

A cet égard, le président de la République reconnaît la nécessité d’une approche multi-acteurs renforcée afin de réduire les risques qui pèsent sur la stabilité du cyberespace et d’établir davantage de fiabilité, de capacité et de confiance. « À cet effet, nous nous déclarons résolus à agir de concert, au sein des instances existantes et par le biais des organisations, institutions, mécanismes et processus appropriés, pour nous venir mutuellement en aide et mettre en place des actions en coopération afin, notamment d’empêcher les cyberactivités malveillantes qui menacent des individus et des infrastructures critiques ou qui leur causent des dommages importants, sans discernement ou systémiques, et d’y remédier. » En vue d’assurer le suivi des progrès accomplis sur ces sujets dans le cadre des instances et mécanismes appropriés, Emmanuel Macron a annoncé une réunion en 2019 à l'occasion de la prochaine édition du Forum sur la Gouvernance de l’Internet, à Berlin.

Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.