Gérer les risques aujourd'hui et demain

SmartHab sécurise les données des objets connectés grâce à la blockchain

09-10-2018

Connue dans le cadre des cryptomonnaies comme le Bitcoin ou l'Ether, la technologie de la blockchain séduit pour des applications de plus en plus variées. En témoigne la start-up SmartHab qui compte s’en servir pour protéger, au sein de sa plateforme Hab, les données issues des objets connectés destinées à sécuriser les bâtiments, notamment du petit tertiaire.

La plateforme se sert de deux blockchains, l'une pour enregistrer
les données, l'autre pour fournir des contrats-cadres
afin de les sécuriser. © Pixabay
Gadgets, outils de mesure, détecteurs en tout genre… si le marché des objets intelligents compte déjà des milliards d’appareils divers, 80% de ces objets connectés concernent le secteur de la sécurité. Systèmes de vidéosurveillance, détecteurs de fumée, de fuite d’eau, d’intrusion, dispositif d’alarme ou de dissuasion sont autant de services dédiés à la sécurité des bâtiments du petit tertiaire, et du résidentiel, dans le cadre des Smart Cities. Pour protéger le flux d’informations généré par ces services, la start-up SmartHab, qui s’est spécialisée dans les solutions connectées, a eu l’idée de créer une plateforme, baptisée Hab, basée sur une technologie de blockchain fournie par l’agence d’innovation du groupe Maltem, Futurs.io.

Sécuriser le stockage des données


Concrètement, la plateforme est appelée à héberger toutes les données relatives aux objets connectés au Cloud constituant le système de sécurité d’un parc immobilier. Le but étant bien sûr de sécuriser les migrations des données ainsi que leur stockage. L’intégrité de la donnée étant un enjeu particulièrement important dans le milieu de la sécurité…

Des services étendus


En cas d’incident, l’enregistrement des données critiques va permettre à la plateforme, qui sera lancée fin 2019, de fournir d’autres services : estimation des dommages, résolution des sinistres, réduction du temps de l’enquête, économie sur les dépenses…

Deux chaînes de blocs


Pour ce faire, la plateforme repose sur une technologie de blockchain, à l'instar des cryptomonnaies comme le Bitcoin ou l'Ether, dotée d’une double approche. Il s’agit tout d’abord de notarier l’ensemble des données critiques produites par les infrastructures intelligentes au sein d’une chaîne latérale, la Microchaîne Hab. Ces données seront ensuite traitées par des contrats-cadres intelligents à l’occasion de processus de gestion résidant dans la chaîne de blocs publique standard Ethereum. Le but étant de garantir l’intégrité des données avec un haut niveau de sécurité.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.