Gérer les risques aujourd'hui et demain

Une application pour déceler les substances toxiques dans les cosmétiques

17-03-2017

Il suffit de prendre une photo de la liste des ingrédients du cosmétique pour que cette application identifie tous les substances considérées comme nuisibles. C'est-à-dire principalement les perturbateurs endocriniens et les allergènes.

L'application permet de déceler les agents toxiques
dans la liste d'ingrédients d'un cosmétique.
© Officinea
Agents mutagènes, perturbateurs endocriniens, nanosubstances, allergènes... Les citoyens ont  beau vouloir prendre soin d'eux et de leur beauté en se parant de crèmes de soin, maquillages, dentifrices, savons, tous ces efforts sont vains au vu du nombre de substance toxiques qui y sont cachées ! Et les risques ne sont pas des moindres : troubles du système hormonal et du cerveau, cancers, diabète, obésité, détérioration de la qualité spermatique... Face à cela, les processus législatifs européens ne sont pas prêts de nous protéger. Du coup, un laboratoire, Officinea, vient de lancer uns application pour smartphone capable de dévoiler les ingrédients toxiques présents dans les cosmétiques que nous utilisons.

185 produits cosmétiques à éviter

Le scandale avait éclaté en février 2016, lorsque l'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir, a publié une liste de 185 marques de cosmétiques haut-de-gamme utilisant des substances « préoccupantes pour l'homme ». En ligne de mire, les perturbateurs endocriniens, comme l'éthylhexyl-méthoxycinnamate, capables de faire pousser des seins à une enfant ou encore les parabènes à longue chaîne que l'on retrouve dans « 3 produits de la marque Roc, 2 produits de chez L'Oréal, 2 produits Carrefour, 2 de Leclerc ainsi que 17 autres marques courantes », note l'UFC. Quant aux lingettes pour bébés (Bébé Cadum Mixa, Pampers...) le phénoxyéthanol y est de mise.

100 ingrédients chimiques sur la peau par jour

« Malgré les alertes répétées des toxicologues et des dermatologues, les fabricants n'ont toujours pas changé leurs pratiques », déplore l'UFC-Que choisir qui, depuis, n'a pas baissé la garde comme en témoigne son numéro de mars 2017 dans lequel l'association continue d'alerter sur la présence massive des agents toxiques dans les cosmétiques. Face à cela, l'application Clean Beauty qui a été lancée il y a à peine un mois par le laboratoire, Officinea propose une solution radicale : décrypter les ingrédients étiquetés sur les cosmétiques afin de mettre en garde le consommateur.

« En pensant prendre soin d'elle, une femme applique en moyenne plus de 100 ingrédients chimiques sur sa peau chaque jour ! Et généralement elle n'a aucune idée de ce qu'elle utilise », soulève Candice Colin, co-fondatrice et présidente de la start-up. Pour autant qu'on le sache, la liste d'ingrédients mise à disposition des consommateurs sur les packaging des produits ressemble à un vrai casse-tête chinois. Pour le novice, il est quasiment impossible de différencier un ingrédient autorisé d'un perturbateur endocrinien. A moins de se lancer dans une enquête bien fastidieuse.

Déceler les produits toxiques dans les listes d'ingrédients

Une tâche que se propose d'effectuer l'application qui depuis son lancement a déjà été l'objet de près de 30.000 téléchargements. On comprend aisément pourquoi : à partir d'une simple photo de la liste d'ingrédients du cosmétique à sonder, elle est capable d'identifier automatiquement les agents nuisibles pour la santé. Pour cela, le laboratoire se base sur une bibliographie scientifique internationale et surtout indépendante, capable de pointer du doigt les ingrédients suspectés d'être des perturbateurs endocriniens, des conservateurs jugés comme préoccupants, des agents irritants ou comédogènes ou encore des nanomatériaux. A cela, s'ajoute également une liste des 26 allergènes ainsi qu'un glossaire de 800 ingrédients détaillés.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.
{literal} {/literal}