Gérer les risques aujourd'hui et demain

Olivier Hassid (PwC France) : « Un bon dispositif de sécurité doit avant tout être conforme »

09-07-2019

Associé en charge de la sécurité et de la sûreté des entreprises chez PwC France, Olivier Hassid est co-auteur, avec Rémy Dutartre, Maylis Formose, Valentine Mulac et Sébastien Bianciotto de l’ouvrage « Sécurité et sûreté : guide pratique et juridique / Prévenir les risques et menaces » (250 pages), paru le 25 juin chez Legitech.

Olivier Hassid : « Nous avons voulu réaliser un livre pédagogique destiné aux directeurs sécurité et sûreté ainsi qu’aux PDG de PME. » © PwC
Avec la parution de cet ouvrage, quelle est votre intention ?

J’avais constaté une certaine demande de la part de nos clients en matière de sécurité et sûreté pour un ouvrage pratique. Mais pour que la démarche de sécurité et la sûreté soit pratique, il faut qu’elle soit avant tout conforme aux réglementations et aux normes en vigueur dans chaque pays où l’entreprise exerce ses activités. La loi et les normes donnent le la en matière d’usage dans la lutte contre le terrorisme, la défense du patrimoine informationnel, des risques liés à la corruption, au recrutement des collaborateurs, à leurs déplacements à l’étranger, à la sécurisation des bâtiments... En fait, la sécurité doit s’appuyer sur le juridique. On voit trop souvent des dispositifs de sécurité qui ne sont pas conformes. Ne pas être conforme génère de l’insécurité. Organismes publics, clients ou usagers peuvent alors se retourner contre l’entreprise.

Pouvez-vous nous donner des exemples concrets ?

Un directeur de la sûreté et de la sécurité (DSS) voulait sécuriser son site en mettant en œuvre des caméras de vidéosurveillance mais sans tenir compte des réglementations liées à la protection de la vie privée ou à la protection des données personnelles. Ainsi les caméras filmaient des collaborateurs dans des situations délicates comme dans les vestiaires. Ce genre de situation nous a amenés à dire qu’un bon dispositif de sécurité doit avant tout être conforme. Et la loi aide à rendre pratique un système de sûreté et de sécurité (SSS). En même temps, la loi impose certaines obligations. Par exemple, en ce qui concerne la sécurisation des salariés en déplacement à l’international, l’entreprise doit faire son analyse de risque, prendre les mesures nécessaires pour la protection des collaborateurs, indiquer quels dispositifs leur sont proposés : escorte, tracking géolocalisé sous certaines conditions, interdiction de se rendre dans certains endroits... Avant d’envoyer un collaborateur à l’étranger, la loi impose à l’entreprise de faire sa veille. Si l’analyse révèle que la destination est dangereuse, le dispositif de sécurité doit être renforcé. Le voyage peut également être interdit si le dispositif ne garantit pas la sécurité du collaborateur.
Publié chez Legitech, cet ouvrage est un guide juridique pratique sur la sécurité et la sûreté des entreprises.© Legitech
Face aux nouvelles menaces en matière de sûreté et de sécurité, on reproche souvent au droit d’être en retard. Est-ce si vrai ?

Avec la loi de 2001, le droit encadre bien la sécurité des salariés et notamment celle des travailleurs dans le cadre de leurs déplacements à l’étranger. En revanche, concernant les problématiques de respect de la vie privée (Privacy) et celles des réseaux sociaux, il y a peut-être un décalage. Quant au Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), il a le mérite d’exister. Mais les mesures en faveur de la protection des informations sensibles ne sont peut-être pas assez poussées. De même que la problématique du droit des secrets.

Comment faites-vous de votre ouvrage un guide pratique ?

Risques liés au terrorisme, protection et défense du patrimoine informationnel, risques liés à la corruption, risques liés aux déplacements professionnels des collaborateurs à l’international, risques relatifs à la santé et la sécurité au travail, risques liés à l’embauche et fiabilité du personnel, sécurisation des établissements hospitaliers, sécurisation des sites sensibles, panorama des dispositifs techniques de sûreté, encadrement légal des activités de sécurité privée protection… au travers d’une dizaine de chapitres, nous abordons chacune de ces questions de façon pragmatique. Par exemple, en ce qui concerne les technologies disponibles sur le marché comme la biométrie, nous expliquons ce qu’elle permet de faire ou pas, en quoi elle sécurise un site et ce que la loi dit sur le sujet. Nous avons voulu réaliser un livre pédagogique destiné aux directeurs sécurité et sûreté ainsi qu’aux PDG de PME…

Propos recueillis par Erick Haehnsen

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.