Gérer les risques aujourd'hui et demain

Nouveaux espaces de travail : l'Arseg dresse le tableau des grandes tendances

06-07-2018

L’Association des responsables et directeurs de l’environnement de travail (Arseg) a réalisé une vaste étude sur les transformations qui affectent l’environnement de travail dans les entreprises. Parmi les tendances majeures, on retrouve le télétravail et le flex-office.

Eurosit et Sorec Solutions ont mis au point S-Pod, une bulle futuriste créée pour s'isoler au sein de l'open space tout en restant connecté.
© Eurosit et Sorec Solutions
A l’occasion de la semaine de la qualité de vie au travail, qui s’est déroulée du 11 au 15 juin, l’Association des responsables et directeurs de l’environnement de travail (Arseg) a interrogé plus de 400 collaborateurs issus d’entreprises de toutes tailles. L'objectif de cette opération ? Réaliser une étude de grande ampleur afin d'identifier les tendances majeures en matière de transformation des environnements de travail.

Les grandes entreprises font peau neuve


L’étude met en évidence la volonté des entreprises de plus de 250 salariés, dont la grande majorité (les trois quarts) souhaite se mettre à la page. Et elles ont déjà entamé un projet de transformation de leurs environnements de travail. Quant aux entreprises de plus petite taille, elles sont moins nombreuses à s’être lancées (57%). « Pour les PME, ce processus de changement représente un risque et un coût plus importants et pour un intérêt moindre que chez les grosses structures », estime l’étude.

Télétravail : utile mais à petite dose


Parmi les grandes tendances qui induisent un projet de transformation, le travail à domicile s’est définitivement imposé dans deux tiers des entreprises de plus de 250 salariés. Pour expliquer cette tendance, l’étude met en avant l'évolution de la législation en faveur du télétravail, obligeant un employeur à se justifier s’il refuse ce mode de travail à son collaborateur. Moins de transports dans la journée, possibilité de passer plus de temps en famille, confort de travailler chez soi ou en voyage... si cette méthode a séduit de nombreux employés, certains managers craignent une tendance à la désocialisation et à l’isolement. En particulier pour les travailleurs nomades qui ne passent plus assez de temps au sein de l’entreprise.

Le co-working, pas si apprécié


Très en vogue chez les start-ups, les espaces de co-working, permettant de travailler dans des tiers-lieux (bureaux partagés, pépinières, cafés, bibliothèques), peinent à s’imposer au sein des entreprises de taille plus conséquente. Seul 35% des entreprises interrogées y songent. En cause, l’Arseg accuse les coûts financiers mais aussi l’abaissement du niveau de sécurité que cette méthode implique.

Flex office : pas que des heureux


Avec la démocratisation des bureaux en open space ou le partage des postes de travail, il n'est pas rare que les collaborateurs n'aient plus de bureau attitré. Or, ce mode de travail ne semble pas être franchement apprécié par les employés : alors que 58% des entreprises y ont recours, seul deux salariés sur cinq semblent favorables au flex office, selon le baromètre Actineo paru en 2017. Un décalage qui peut être expliqué par la tendance des collaborateurs à se sédentariser. En effet, même en flex office, les salariés apprécient de revenir travailler sur le même poste.

Les espaces informels souffrent de leur popularité


Enfin, les espaces informels ou encore confidentiels ont également le vent en poupe. Initiée par les Gafa, cette tendance consistant à aménager des espaces communautaires ou d'autres qui, au contraire, permettent de s'isoler, fait fureur auprès des agences de design d’intérieur. Cafétérias ultra design, salles de jeux, espaces zen, alcôves pour un entretien plus intime, jardin potager, salles de sport… l’étude estime qu’au moins un projet sur deux se sert désormais de ce concept. Notamment dans les entreprises pratiquant déjà le partage de bureau. Ce qui permet à la fois de séduire mais aussi de fidéliser les talents de la génération Millenium. Néanmoins, l’étude met en exergue un autre phénomène, celui des espaces un peu trop appréciés... au risque de devenir contre-productifs.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.