Gérer les risques aujourd'hui et demain

Salmonellose : le gouvernement annonce un second retrait massif de produits Lactalis

11-12-2017

Plus de 600 lots de lait pour nourrissons du groupe laitier sont désormais interdits à la consommation et à l’exportation, selon une annonce du ministère de l’Économie.

Laits premier et deuxième âge, lait-relais,
poudres, avec ou sans lactose ou à base
de protéines de riz sont concernés.
© Pixabay
Le scandale du lait infantile contaminé se poursuit : le gouvernement a ordonné ce dimanche le retrait massif de laits infantiles du groupe Lactalis. En cause, le risque de contamination par des salmonelles, de type Agona. Ces micro-organismes ont déjà été responsables de gastro-entérite chez vingt nourrissons âgés de moins de six mois, dans huit régions différentes.

Une situation inédite

Déjà, le 2 décembre dernier, le groupe laitier avait dû rappeler douze références de laits infantiles fabriqués dans son usine de Craon (Mayenne). Et la situation ne fait que s’aggraver. Le gouvernement a estimé que « les mesures prises [par le groupe Lactalis] n’étaient pas de nature à maîtriser le risque de contamination » par ces bactéries. Résultat : Bercy a publié dimanche 10 décembre une liste beaucoup plus importante (plus de 600 lots) qui sont rappelés, interdits à la consommation et à l’exportation. De son côté, le directeur général de la Santé, Benoît Vallet a indiqué à l’AFP qu’il était « assez rare de prendre des dispositions massives comme on le fait là ».

Des causes probables de contamination indentifiées

Dans un rapport publié dimanche en réaction aux recommandations de Bercy, le groupe laitier a annoncé avoir identifié « une cause probable » de cette contamination : « Les informations transmises par les autorités de santé et le bilan de nos investigations menées depuis une semaine nous ont permis d’identifier une cause probable de contamination survenue sur une de nos tours de séchage dans la période du 1er au 6 mai 2017. Par précaution, nous avons décidé de procéder à un rappel plus large de l’ensemble des produits fabriqués depuis le 15 février 2017. »

Cinq nouvelles contaminations

Cette nouvelle mesure fait suite à l’apparition de cinq nouveaux cas de contamination, qui ont été déclarés cette semaine. Parmi les enfants contaminés, l’un d’eux avait consommé un lait de riz qui ne se trouvait pas sur la liste des produits rappelés le 2 décembre. « Ces enfants vont bien », a indiqué le ministère dans un communiqué. Pour l’heure, le ministère conseille aux parents, « dans la mesure du possible, de ne pas (...) utiliser » les produits concernés. Dans le pire des cas, les pédiatres recommandent de faire bouillir le lait pendant deux minutes.  Pour apaiser les angoisses des parents, la direction générale de la Santé a ouvert le numéro d’information gratuit 0800 636 636 (7 jours sur 7, de 9 heures à 20 heures). De même, Lactalis a également ouvert une ligne, le 08 00 120 120, qui est accessible de 9 heures à 20 heures depuis ce lundi.

Quels sont les lots concernés ?

Disponible sur le site du ministère de la Santé, la liste des lots contaminés concerne une large gamme de laits premier et deuxième âge, lait-relais, poudres, avec ou sans lactose ou à base de protéines de riz. Ces derniers sont vendus sous les marques Milumel, Picot et Carrefour. Attention également aux produits estampillés Algérie, Bangladesh, Chine, Soudan, Géorgie, Liban ou encore Royaume-Uni. Pour aller plus loin, Carrefour a, de son côté, décidé de prendre des mesures de précaution encore plus drastiques et ce, en élargissant son rappel à tous les produits infantiles fabriqués sous son nom à Craon. Et pas seulement aux seuls lots concernés par la mesure de Bercy. Ce lundi, le père d'un bébé de deux mois a déclaré, lundi à France Bleu Mayenne, avoir porté plainte contre Lactalis pour mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.