Gérer les risques aujourd'hui et demain

Safety and Health Expo : la référence SST au Royaume-Uni

16-06-2017

Ce grand salon britannique de la santé et de sécurité au travail (SST) ouvre ses portes aujourd'hui à Londres jusqu'au 22 juin. Bien sûr, on s'attend à ce qu'il apporte son lot d’innovations. Notamment en matière d'EPI toujours plus adaptés et confortables, d'espaces de travail toujours plus sécurisés et contrôlés. Petite revue des nouveautés les plus marquantes qui seront exposées.

Les visiteurs vont accéder à plus d'une soixantaine
de conférences sur l’impact du Brexit, les RPS, la future
norme ISO 45001, la SST et les femmes, etc.
© Safety&Health Expo
C’est le grand salon britannique consacré à la sécurité et à la santé au travail. Il recevra cette année pas moins de 300 exposants présentant leurs derniers équipements de protection individuelle (EPI), de systèmes de prévention incendie, de détection des gaz, de formation à la sécurité, etc. Particularité, Safety and Health Expo, qui a reçu près de 14.000 visiteurs en 2016, est couplé à cinq autres événements qui se tiennent simultanément dans le parc d’expositions ExCel London :  le salon de l’habillement professionnel (Professional Clothing Show), le salon du Facility Management (Facilities Show), celui de la gestion de services sur site (Field Service Management Expo), celui de la sécurité des personnes et des biens (IFSEC International) et de la sûreté et de la lutte contre l'incendie (Firex International). Au total, 45.000 personnes sont attendues pour ces trois journées. Elles pourront assister à une soixantaine de conférences et séminaires qui reflètent les préoccupations actuelles des entreprises britanniques du secteur : l’impact du Brexit, les risques psychosociaux (RPS), la nouvelle norme en préparation ISO 45001 sur la sécurité et de la santé au travail (SST), la culture de la prévention, la protection des travailleurs isolés, la SST et les femmes, etc. Bien entendu, le salon constitue également l’occasion pour de nouveaux exposants de présenter – voire de lancer – leurs nouveautés. Petite revue des plus marquantes d’entre elles.
Le RPB-Z link est un respirateur multi-usage
connecté. © RPB
Des masques plus protecteurs, mieux équipés et plus confortables

En matière d’équipements de protection individuelle (EPI), les fabricants de masques, systèmes respiratoires et lunettes présentent de nombreuses innovations. Ainsi RPB Safety, une société britannique qui s’inspire du secteur militaire pour  concevoir des systèmes de protection respiratoire, va-t-elle présenter trois nouveaux produits. Le RPB-Z Link tout d’abord, un respirateur multi-usage connecté qui propose une protection respiratoire, de la tête, du visage, des yeux et de l’ouïe. Adapté à tous les secteurs d’activité, y compris la soudure, la peinture, le broyage et les manipulations chimiques, il peut être équipé d’accessoires pour faciliter la communication ou encore l’éclairage.
Le RPB PX4 Air PAPR est, lui, un système portable de ventilation assistée et de purification de l’air qui évite l’encombrement des longs tuyaux respiratoires. Enfin, le RPB GX4 Gas Monitor mesure en temps réel la qualité de l’air respiré (monoxyde de carbone, oxygène etc.). Une alarme se déclenche immédiatement en cas de non-respect des normes britanniques et européennes. En outre, les données enregistrées sont disponibles pendant deux ans. 
Le masque équipé est équipé d'une caméra thermique.
© Scott Safety
Détecteur de gaz portatif

Pour sa part, Scott Safety, que vient d'acquérir le groupe américain 3M, présente aussi de nouveaux masques respiratoires. Son nouveau modèle de demi-masque Aviva se veut plus confortable. « L’an dernier, environ 33.000 travailleurs ont souffert de problème respiratoires ou pulmonaires causés ou accentués par leur environnement de travail. L’un des grands problèmes de l’industrie provient d’équipements mal adaptés et inconfortables qui découragent l’usage », explique l’entreprise. Sans silicone, ce nouvel équipement se veut cependant tout aussi confortable que ses homologues utilisant cette matière. Il assure aussi une plus grande facilité d’élocution et une meilleure portée de voix à son utilisateur, minimisant ainsi le risque que l'opérateur enlève son masque pour parler.
Scott lance également un tout nouvel équipement destiné à la lutte contre le feu, le Scott Sight. A savoir un masque équipé d’une caméra thermique légère qui permet aux pompiers de garder une vision claire de leur environnement. Le masque ne pèse que 240 grammes. Enfin, l’industriel présente le Protégé SG, un détecteur de gaz portatif capable de détecter 13 gaz différents. Selon le gaz mesuré, les paramètres de calibrage sont automatiquement téléchargés. 
Les lunettes Rush+Glow ont des branches
phosphorescentes. © Bollé Safety
Lunettes à branches phosphorescentes

Le français Bollé Safety, qui appartient au groupe américain Vista Outdoor, présentera lui aussi de nouveaux modèles lors du salon. Ainsi sa gamme de lunettes de protection Rush s’enrichit-elle de nouvelles versions, et notamment  du modèle Rush+ Glow. Outre le nez ajustable, la vision panoramique et les branches souples, il propose des branches phosphorescentes permettant d’être vu dans l’obscurité. Ces lunettes bénéficient aussi du nouveau traitement anti-buée et anti-rayures Platinum certifié K (résistance à la détérioration des surfaces par les fines particules) et N (résistance à la buée). Le traitement est en effet appliqué sur les deux faces du verre, intérieure et extérieure.  
Détecteur de poussières.
© RVT
Large variété de détecteurs

Les fournisseurs de détecteurs de gaz, de bruits ou de poussières seront également nombreux sur le salon. Le britannique RVT (autrefois Rentavent), spécialiste des instruments de contrôle temporaire de l’environnement, tout particulièrement sur les chantiers, présente ainsi un nouvel équipement de mesure en temps réel, le Dust Sentry Monitor. Basé sur le principe de la mesure par laser néphélomètre (mesure de la teneur de particules en suspension), cet équipement portable (moins de 13 kg) est destiné aux chantiers mais aussi aux infrastructures routières ou aux villes pour des campagnes de mesures périodiques de la qualité de l’air extérieur. Les données, mesurées avec un intervalle de seulement une minute,  sont stockées en interne et rendues disponibles sur les systèmes d'information de l'entreprise grâce aux logiciels liés. Le moniteur peut être complété de capteurs supplémentaires (vent, bruit, ensoleillement, temps, etc.). 
L'échafaudage X-Tower se monte sans outil en trois minutes
à partir du sol. © TB Davies
Des équipements de chantier plus sûrs

TB Davies, le spécialiste gallois des échelles et des échafaudages, présente deux nouveautés. A commencer par son échafaudage X-Tower Scaffold Tower. Une seule personne peut le monter en à peine en trois minutes sans quitter le sol et sans outil pour une hauteur de travail maximale de 4,8 m. Le constructeur présente également le nouveau modèle d’échelle coulissante de Little Giant, l’Hyperlite ladder. En fibre de verre, celle-ci pèse 10 kg de moins qu’une échelle équivalente. Elle est également équipée d’un cordage latéral pour augmenter ou diminuer sa portée. 
Le système RackEye permet de détecter les dégâts
causés aux pieds de racks. © A-Safe
Sécurité des personnes et des équipements  

La société A-Safe présentera sa gamme de barrières de protection iFlex, utilisant le Memaplex, un matériau breveté qui absorbe les impacts et retrouve ensuite sa forme originelle. Ces barrières sont utilisées notamment dans l’industrie, les chantiers, les aéroports et bien évidemment dans les entrepôts et plus largement dans le secteur de la logistique. Pour ce dernier, l’entreprise a conçu un tout nouveau système, RAckEye, présenté fin 2016, et qui, après une période de test, est désormais accessible à tous. Il comprend une application, un écran digital et un capteur qui détecte les vibrations et les dégâts causés aux pieds de racks de stockage des marchandises dans les entrepôts. De quoi inspecter l’équipement y compris lorsque l’entrepôt n’est pas surveillé ou à distance. Et, bien sûr, intervenir avant que ne se produisent des sinistres plus importants et dangereux. 
Le système ZoneSafe permet, grâce à des badges RFID situés sur l'engin et portés par les personnes travaillant à proximité, d'éviter toute collision. © Avonwoods
Systèmes anti-collision

Toujours dans le domaine de la protection des personnes, la société Avonwood, conceptrice du système ZoneSafe Proximity Warning and Alert Systems, va lancer lors du salon sa nouvelle génération de produits permettant d’assurer la protection des travailleurs et piétons notamment sur les chantiers de construction. Ainsi le véhicule de chantier est-il équipé d’une antenne et d’une unité de contrôle. Les personnes travaillant à proximité portent, elles, une étiquette RFID qui déclenche une alarme sonore et visuelle lorsqu’elles se rapprochent trop d’un véhicule. Point fort, ce nouveau produit offre un montage et un démontage plus faciles de l’unité de contrôle placée dans les engins. Quant au son des alarmes, il peut être individualisé. De son côté, la nouvelle étiquette RFID devient vibrante – ce qui permet une alerte plus efficace dans des environnements bruyants – et alarme également le conducteur du véhicule concerné. Enfin, les événements (alarmes, presque accidents) peuvent être désormais directement intégrés dans le système d’information de l’entreprise afin d’identifier les zones de risque. 
Le système d'alarme incendie sans fil de Biocide, destiné aux chantiers. © Biocide
Alarme intégrée au système d'information de l'entreprise

Créée en 2010, la société Biosite, spécialiste de la sécurité sur les chantiers (contrôle d’accès biométrique, gestion sécurisée des livraisons, vidéosurveillance, etc.) , présente un tout nouveau système d’alarme incendie sans fil, le Mercury Wireless Fire Alarm, utilisable sur les chantiers. Autonome, communicant en réseau maillé (autrement dit, en utilisant le potentiel de communication de chaque équipement pour prolonger la portée du réseau), ce système s’interconnecte, s’il existe, au contrôle d’accès pour faciliter l’évacuation des salariés en cas d'incendie. Là encore, toutes les données peuvent être intégrées au système d’information de l’entreprise. A noter : Biosite vient tout juste de s’implanter dans l’Hexagone. 

Catherine Bernard

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.