Gérer les risques aujourd'hui et demain

Quand le numérique se met au service des risques d’inondations

23-10-2017

Ponts, digues barrages… Les Pays-Bas utilisent un outil d’analytique à destination des infrastructures afin d’anticiper les risques d’inondation.

Avec ses 6.000 km de rivières et canaux, le réseau d'eau néerlandais
figure parmi les plus denses en Europe. © Rijkswaterstaaten
Sachant que 20% du territoire des Pays-Bas se situent en-dessous du niveau de la mer, les risques d’inondation y sont particulièrement élevés. En outre, de nombreux enjeux résident dans la gestion du niveau de l’eau et des trafics maritimes et routiers. Face à cela, l’agence gouvernementale néerlandaise Rijkswaterstaaten (RWS) chargée de la surveillance des flux et de la sécurité environnementale, s’appuie sur l’éditeur SAS et son logiciel analytique des capteurs disséminés dans les infrastructures.

Surveiller les infrastructures

« Ces solutions analytiques nous permettent de savoir combien de kilomètres d'autoroute sont opérationnels et si une quantité suffisante de sable est disponible en cas de montée des eaux [pour faire barrage] » explique Bas van Essen, responsable du Datalab de RWS.

Gérer les flux de données

Comparables aux grandes marées, les flux de données en streaming que l’agence doit gérer arrivent en masse. Elles sont générées par la surveillance des autoroutes, des niveaux d’eaux et des infrastructures. Et ce, grâce à des capteurs connectés répartis sur de multiples équipements (ponts, digues, barrages, écluses, barrières anti-tempêtes…). Pour analyser ce flux continu de données, le logiciel baptisé Event Stream Processing peut être adapté, embarqué et déployé à la fois dans de petits équipements situés en périphérie de réseau et dans des Data Centers. Le but étant d’obtenir une vision immédiate et précise de l’état des infrastructures afin de réagir en conséquence.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.