Gérer les risques aujourd'hui et demain

EHPAD : la moitié des aides-soignants suisses ne se voient pas tenir jusqu’à la retraite

18-02-2019

Stress, TMS, salaires au rabais, surcharge de travail… une étude du syndicat suisse tire la sonnette d’alarme sur les difficultés que rencontrent les professionnels exerçant en maison de retraite.

Salle de kinésithérapie dans un EHPAD.
© Claude Almodovar pour l’INRS
Le métier d’aide-soignant en maison de retraite figure parmi les professions les plus éprouvantes. Surcharge de travail, horaires de nuit, sous effectif, TMS, exposition au risque biologique et chimique… la liste des facteurs de pénibilité n’en finit pas pour ces employés qui côtoient au quotidien la maladie et accompagnent les patients jusqu'à leur mort. A cet égard, le syndicat suisse Unia vient de dévoiler des chiffres alarmants sur la réalité de ces aides-soignants derrière les murs des maisons de retraite.

Des professionnels à bout

Face à une population vieillissante, les établissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont confrontés à un nombre de résidents toujours plus nombreux. Or, au lieu d’augmenter leur dotation en personnel qualifié pour absorber la masse de travail supplémentaire, les maisons de retraite réduisent, faute de moyens, leurs effectifs. Conséquence : les soignants tombent sous le coup d’une surcharge de travail et de responsabilités énormes vis-à-vis des patients qui les épuisent littéralement. Devant cette pression constante, 47% des 2 935 aides-soignants interrogés par le syndicat entre octobre 2018 et janvier 2019 confient ne pas se sentir capables de persévérer dans cette voie jusqu’à la retraite.

Un management qui manque de bienveillance

En raison à cela, le syndicat accuse l'attitude des employeurs qui imposent à la fois flexibilité des horaires, augmentation de la charge de travail et surqualification du personnel. « Au nom de la rentabilité, on rationalise, on comprime les coûts, on coupe dans les budgets, tout en fermant les yeux sur les effets désastreux concernant les conditions de travail et la qualité des soins et de l'accompagnement », souligne Yvonne Peist-Gaillet, membre du syndicat Unia.

Epuisement physique et psychologique

C’est avant tout la fatigue et l’épuisement qui sévissent sur 86% des soignants. Mais aussi les troubles physiques - dus au soins promulgués aux patients qu’il faut laver et porter - pour 72% des employés. Éreintés, les aides-soignants rentrent chez eux le “dos cassé”. Ce qui, pour les deux-tiers des personnes interrogées, ne laisse pas beaucoup d’espace ni d’énergie pour s'adonner à ses loisirs et se détendre.

Des salaires trop bas

Si le niveau des soins médicaux a augmenté, la valorisation de la profession continue à stagner. Notamment en termes financiers : 79% des sondés estiment que face à la pénibilité de leur profession, le salaire ne suit pas. « On ne peut pas en vivre », confient les assistants et les auxiliaires. Pour expliquer ces bas salaires, l’Unia pointe du doigt la misogynie ambiante : dans l’inconscient collectif, ce métier est associé à la femme et à son devoir familial de prodiguer les soins aux personnes âgées. Sans contrepartie financière.

Ségolène Kahn

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.